.

Début du site 77 : BP : Belle Pagaille



Principe fondamental : Aucune marque n'est pas à l'abri d'un événement soudain, qui peut lui nuire de près ou de loin et peu importe l'ampleur du phénomène. Si il y a bien une firme qui est en train de voir son image sombrer c'est British Petroleum Deepwater Horizon" au large du Mexique est en train de détruire l'ensemble d'un écosystème aussi fragile que temporaire.


Des millions de litres de pétrole partent à la dérive dans l'ensemble du Golfe du Mexique et bientôt dans l'océan Atlantique à cause du Gulfstream. Même si BP est totalement impliquée dans cet incident, il n'en reste pas moins que son plan de communication et son image sont totalement souillées pour de nombreux mois et même plusieurs années. (BP). On le voit tous les jours, la fuite de sa plateforme "


Cet article n'a pas pour vocation de débattre des enjeux et conséquences de la catastrophe écologique qui se joue actuellement aux Etats-Unis, mais plus de l'évolution de l'image de la marque. En effet, depuis le naufrage de l'Exxon Valdez, le naufrage de l'Erika (La firme : Total) ou le naufrage du Prestige (2002), aucune firme pétrolière n'a autant souffert d'une catastrophe qu'elle a pu provoquer de près ou de loin.

Mais cette fois ci, l'ampleur de la catastrophe est inégalée, jamais on a vu autant d'impuissance autour d'une situation telle qu'elle est aujourd'hui. BP est une firme qui ne fait plus que des communiqués qui renforcent son impuissance. Pire, ses diverses solutions empirent le plus souvent la situation avec par exemple l'utilisation de produits toxiques pour disséminer les nappes, ou l'injection de divers matériaux (cheveux, pneus, balles de golf ...) pour boucher la fuite.

Face à cette catastrophe, l'opinion publique est fortement mobilisée aux États-unis pour empêcher les nappes d'atteindre les côtes et de détruire le fragile écosystème de Louisiane déjà fortement abimé par l'ouragan Katrina. Pire maintenant la nappe menace la Floride, manne touristique importante pour les Etats - Unis, mais risque également d'entacher à terme les côtes européennes avec le courant du Gulfstream.




Dès lors l'ensemble de ces évènements met à mal l'image de la marque qui a perdu toute crédibilité auprès du grand public et qui suscite de vraies réactions en termes de communication. Des balbutiements de la part du grand public qui multiplie les petites manifestations contre le géant pétrolier (Tags, publicité sauvage et rassemblements) mais aussi par l'apparition d'une première campagne internet de la part d'une ONG bien connue : Greenpeace

Greenpeace, ne perd jamais une occasion de rebondir sur l'actualité pour défendre sa cause et son engagement et cet incident lui permet de revenir sur le devant de la scène pour rappeler son discours contre les firmes pétrolières. Mais la campagne menée par Greenpeace est originale dans le sens où elle met à contribution l'imagination de tout internaute qui se sent concerné par cette catastrophe qui dépasse les frontières.


Le principe est simple : chaque internaute modifie le logo BP pour dénoncer et exprimer l'ampleur de la catastrophe. Cette campagne est intéressante dans le sens où elle met le principe d'interactivité au centre de l'opération. Chaque internaute fait appel à son imagination pour aider GreenPeace dans son combat. L'ONG est l'une des plus actives dans son domaine et cette opération fait suite à l'assaut des militants contre le siège de BP (à Londres) qui eu lieu peu de temps auparavant.

L'ensemble des logos récoltés par Greenpeace sont diffusés sur Flickr dans un album spécial qui permet de faire un Slide complet visible ci dessous. Une campagne interessante et qui arrive à utiliser le pouvoir d'internet et son principe fondamental d'interactivité


 

Il est donc intéressant de voir à quel point un événement (peu importe sa taille) peut influer sur l'image d'une marque. Dans le cas présent, la catastrophe atteint un niveau international et est incomparable par sa gravité. L'impuissance de BP est renforcée par les différents communiqués et solutions proposés. Il faudra des années de communication institutionnelle de la part de BP pour redorer son image et espérer se défaire de cette catastrophe dont elle est complètement responsable.

David

2 commentaires:

  1. Pour en rajouter un peu sur la pagaille de com de BP, voici un article sur la question :
    http://z-factory.blogspot.com/2010/06/quand-le-bad-buzz-de-bp-fait-tache.html

    Enjoy :)

    RépondreSupprimer
  2. Te revoilà enfin à l'attaque ! :D

    RépondreSupprimer