.

Lady Gaga : Reine du placement produit



S'il y a bien une femme qui doit presque tout au numérique, c'est Lady Gaga. Première des réseaux sociaux, pionnière du numérique, bases de fans interconnectées autant d'éléments qui vont dans le sens d'un plan de communication particulièrement tourné vers Internet. Son clip "Bad Romance" est devenu l'une des vidéos parmi les plus vues de Youtube tout comme : "Alejandro", "Telephone"...  Une reine de l'Internet.



Lady Gaga est une machine bien huilée, des collabos de malade, du sexe, de la provocation mais surtout un savant mélange entre marketing et créativité. La bougresse est devenue une artiste reconnue qui a tout compris au marketing. Démonstration en quelques clips.

Just Dance - Beautiful, Dirty, Rich -    "Je m'installe et mine de rien, tu vas m'avoir en tête" 


Just Dance - Lady Gaga - 2008 - 150 millions de vues 

Les premiers clips de Lady Gaga sont "traditionnels" sans grand potentiel créatif avec une seule ambition : augmenter son taux de notoriété. Mi-2008 (Déjà) la tornade Gaga déboule en Europe avec Just Dance puis Beautiful, Dirty, Rich (qui sera moins vu).


Beautiful, Dirty, Rich - Lady Gaga - 2008 - 25 millions de vues 

Ces deux clips permettent à Gaga de se faire connaître. On ne parle pas alors de marketing mais d'apparitions discrètes de créateurs et d'artistes. Les seuls placements publicitaires présents dans ces clips sont la marque de lingerie Vixen's Visions (Beautiful, Dirty, Rich) et les écouteurs Beats popularisés par Dr Dre (et qui seront présents dans tous les clips de la star). La star est déjà habillée par de grands couturiers, une habitude que l'on retrouvera dans tous ses clips.

Vixen's Visions - Beautiful, Dirty, Rich - 2008 - The Fame

Lovegame - Eh Eh - Paparazzi - Poker-Face "Ma notoriété augmente, j'amène les sponsors" 

Ces quatre clips correspondent à l'émergence de la star auprès du grand public international. Ils se veulent plus propres et plus proches de l'identité décalée de la star. Ces quatre vidéos sonnent le début de la charge marketing de l'artiste, l'année 2009 sera Gaga.

Lovegame - Mise en avant du côté urbain sexué - The Fame - 90 millions de vues

Eh Eh (Nothing Else I can Say) - 2009 - 60 millions de vues

Dans Eh Eh (Nothing Else I can say), on peut voir la montre Baby Casio jaune, les lunettes Ray Ban et le Vespa en plus des traditionnels écouteurs. Cette montre se retrouve aussi dans Lovegame, le clip qui sonne la charge du placement produit lié à l'alcool.

Les Ray Ban - Les Louboutin - Le Vespa - La montre 

En effet, on voit l'apparition dans ce clip, de Campari, célèbre marque d'alcool, ce qui sera censuré dans de nombreux pays au Moyen Orient. En Israël, la scène a été supprimée du clip.

Campari : Le début de l'alcool dans les clips de Lady Gaga - Lovegame - 2009 

Parmi ces 4 clips, c'est Paparazzi qui touche à la dimension du luxe avec des marques telles que Dior, Galliano ou Louboutin, on y voit aussi la boisson Neuro Sonic qui sert de poison dans le clip.

Galliano - Louboutin - Dior : Le luxe dans Paparazzi 

Poker Face sera le dernier clip de la star en 2009 et fera rentrer la dimension du jeu. On y retrouve en place centrale la marque Bwin.com, accompagnée des traditionnels écouteurs.

Le casque Beats - Bwin.com -

Ces quatre clips signent le début des placements produits de la star, les marques veulent figurer dans les clips de celle que l'on appelle "La nouvelle Madonna". Une nouvelle forme de publicité pour un public international.

Lady Gaga - Poker Face - 2009 - The Fame - 125 millions de vues

Lady Gaga - Paparazzi - 2009 - The Fame - 85 millions de vues

Bad Romance "Faites place, ici Gaga pour Téléshopping" : 

Fin 2009 sort le nouveau clip de Lady Gaga : Bad Romance. Une bombe musicale accompagnée d'un clip qui se résume comme une merveille créative. C'est détonant et tellement décalé que c'est un énorme succès. Succès prévisible et bien calculé puisque c'est le premier clip qui contiendra autant de marques pour la star.

Parrot - Nemiroff - Beats Ecouteurs - Beats Ordinateurs - Bad Romance - 2009

On en retrouve près de 10 parmi lesquelles Burberry (Manteau), La Perla (Sous vêtements), Parrot (Enceintes), Wii (Nintendo), Nemiroff (Vodka), Ipod (Lecteur Mp3), Beats (Ordinateurs et Écouteurs), Carrera (Lunettes), Dior (Bagues), Alexander Mc Queen pour les chaussures et les tenues ...

Wii - La Perla - Steeve Mc Queen - Carrera - Bad Romance - 2009 

Ce clip a été accueilli de manière très positive malgré cet afflux de marques, chose nouvelle en quantité. Même les journalistes le diront : "C'est une émission de télé-achat dansante". L.A Times

Bad Romance - The Fame Monster - 2009/2010 - 480 millions de vues

Téléphone "Gagastore que puis-je faire pour vous ?" : 

Printemps 2010, c'est l'évènement musical avec la sortie de Téléphone, duo entre Beyoncé et Lady Gaga, qui succède à VideoPhone. Cette bombe musical marquera durablement l'année 2010 et le clip fera l'objet d'une polémique.

Virgin Mobile / LG - Téléphone - 2010 

Les adorateurs de Gaga considèreront ce clip comme LA merveille de l'année. Mais pour la plupart, ce clip est surtout LE clip publicitaire par excellence avec plus de 20 sponsors différents très peu discrets et qui auraient déboursé entre 50 000$ et 80 000$ chacun pour être présents. Cette somme représente un investissement entier dans un long métrage au cinéma ! Une première

Kraft Food - Téléphone - 2010 

On peut donc voir : Virgin Mobile, Chanel, Rayban, Coca Cola Light, Castelbajac, The Beats, Heartbeats, Kraft Food, Plenty Of Fish, Polaroid, Viktor &Rolf, LG/Virgin Mobile Slider KS360 (édition spéciale Lady Gaga), Thierry Mugler, Mercura, HP, Chevrolet, Wonder (pain de mie), Miracle Whip (Boisson) et j'en passe ...

Chanel et Rayban - Lady Gaga et sa sœur - Téléphone - 2010 

Mais ce n'est pas parce que ce clip déborde de critères commerciaux qu'il n'en reste pas moins culturel avec des références à Dune (le poison), One Piece (ワンピース !), Kill Bill (Pussy Wagon), Pulp Fiction (Honey Bee), Boulevard de la mort (Effets du titre), NCIS (Diner) etc ...

 Référence culturelle du poison dans Dune - Téléphone - 2010 

Un clip partagé entre références culturelles et placement produit excessif :

Telephone - 2010 - The Fame Monster - 150 millions de vues

Alejandro La redescente sur terre ? : 

Le dernier single en date de la chanteuse : Alejandro, sonne comme un clip essentiellement culturel et bien moins commercial. En effet, c'est Steven Klein (Mondialement connu pour son travail de photographe) qui se voit confier le projet du clip pour célébrer l'amour homosexuel. La communauté homosexuelle étant la première aux différents rendez-vous de la star, ce clip semble être un hommage.

170 millions de vues

On y retrouve des références à Madonna (Vogue), à la Seconde Guerre Mondiale (Début du Clip) et à la religion catholique (Le clip est accusé de blasphème par la ligue catholique) ... Alejandro - 2010 - The Fame Monster C'est presque une absence de marketing et de placement produit. un virage à 180 degrés qui montre que Gaga est une artiste aussi talentueuse qu'imprévisible et qui nous laisse nous questionner sur son prochain clip : avec ou sans produit ?

David

4 commentaires:

  1. Le propre des clips américains :)
    C'est à elle seule un produit marketing, les marques ne sont que des accessoires !

    RépondreSupprimer
  2. Chaussures Alexander McQueen pour les chaussures de Bad Romance et non Steve McQueen :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est un article très interessant. :) Il faudrait l'actualiser et/ou en faire d'autres du genre avec d'autres artistes !

    RépondreSupprimer