.

Le Bad Buzz des Bloggeuses Mode



S'il y a une chose que les marques détestent par dessus tout : c'est le bad buzz. Un buzz quand il est bon est génial pour une marque, elle lui permet de se faire connaître et d'émerger, mais quand il est mauvais il peut ruiner des mois de communication intensive. Et là c'est un vrai drame. Alors quand on sait que certaines marques n'hésitent pas à utiliser du contenu sans permission, gare aux retours.



Exemple pour Acadomia 

Les derniers ont causé bien du mal aux plus grandes marques internationales et le cas des bloggeuses mode peut le confirmer ... On peut citer Kit Kat qui en mars 2010 a eu la mauvaise surprise de voir une vidéo de GreenPeace et un detournement de logo pour dénoncer l'utilisation d'huile de palme dans ses confiseries. Huile de palme qui provient d'un arbre, ce qui entraîne la déforestation, ce qui tue le milieu de vie de l'orang-outan et de fil en aiguille : BAM GreenPeace s'enerve (fort).

Killer - Have a Break - Greenpeace - 2010

Dans le même genre, on a eu Domino's Pizza où des employés se filmaient en train de faire des actes pas très glamours avec les pizzas. La marque essaye de rebondir et sort une nouvelle communication sur la pizza sans retouche. Peine perdue.



La catastrophe Domino's reprise dans les médias américains.

Ou encore Acadomia et son fichier employant un vocabulaire très affecteux : "Cette grosse c*nne ne comprend rien à la vie" ; "Père pédophile et c*n comme un balai" et j'en passe ... D'ailleurs la marque multiplie les tentatives pour remodeler son image. Sans succès.

Acadomia épinglée par la CNIL (Commission nationale de l' informatique et des libertés)

Le bad buzz est donc un vrai danger pour les marques. Mais certaines n'hésitent pas à jouer avec le feu quitte à se bruler. Explications : Dans la blogosphère, nous sommes 60% d'hommes, les 40% restants sont des femmes (J'ai toujours adoré les maths) et certaines femmes ont envahi une catégorie de blogs précis : les blogs Mode et Photographie. En effet, la majorité des bloggeuses influentes sont dans la mode ou la photographie (Ne pas faire de généralisation cependant) et ont une communauté très importante.

Ces même bloggeuses sont courtisées par de nombreuses marques pour parler des produits et on voit même des collaborations Marques X Bloggeuses. Jusque là tout va bien, le virtuel se lie au réel et tout va bien dans le meilleur des mondes. SAUF quand la marque veut s'imposer et vole le blog. Et là c'est le sujet du bad Buzz qui revient, parce que des marques comme Zara ou Pepe Jeans n'hésitent pas à piller ces blogs pour créer une collection SANS l'autorisation de ces bloggeuses.

Photo de Pauline Darley sur le blog de Pandora

 Le T Shirt de Zara 

 Le bad buzz leur pend au nez puisque les bloggeuses influentes ont une véritable communauté et des blogs comme Pandora ou le Blog de Betty font des pieds et des mains pour dénoncer ce phénomène.

La bloggeuse Betty à Miami (Je crois) - Photographie 

Le T shirt incriminé - Zara 

Ces différents exemples se multiplient et le dernier en date revient à Pépé Jeans. Les bloggeuses ont du mal à se faire entendre mais à l'aide de leurs communautés elles emergent. Dès lors, les marques incriminées peuvent craindre à un bas buzz, certes lent, mais efficace. (Le bouche à oreille reste une communication très efficace).



Photo d'Alexandra Chalaud sur Pandora - T shirt chez Pepe Jeans 

Une accusation légitime de la part des bloggeuses pour des actions qui sont loin d'être réglo. Les plus grandes marques prennent lentement conscience du pouvoir des blogs et de leur influence et du bad buzz qu'ils peuvent créer.

David

12 commentaires:

  1. Concernant Zara, cette marque ne fait que pomper les modèles des concurrents, ce n'est pas nouveau. Les mêmes lectrices "modeuses" sont bien contentes de s'y "ravitailler" et jouent aux oies blanches quand cela touche une "copine".

    Au buzz, je préfèrerais la prise de conscience de l'éthique, la lutte contre la malbouffe, la piètre qualité. Mais visiblement cela ne gêne pas encore assez de gens.

    RépondreSupprimer
  2. "Au buzz, je préfèrerais la prise de conscience de l'éthique, la lutte contre la malbouffe, la piètre qualité. Mais visiblement cela ne gêne pas encore assez de gens." : + 1000000000

    Concernant Zara, j'avais entendu des bruits comme quoi la marque n'était en effet pas forcément réglo sur ses sources. Mais leur action pose surtout la question de l'influence des blogs mode qui est tellement exponentielle qu'elle a le même rôle que le presse dites "traditionnelle"

    RépondreSupprimer
  3. je suis bien d'accord avec Heidi. que Zara fasse fabriquer à moindre prix ses t-shirts dans des conditions douteuses dans certains coins du monde (tant que c'est assez loin, on s'en fiche!), ça ne fait pas assez de buzz pour inquiéter la marque.
    mais quand ils piquent l'image de blogueuses (attention: je ne cautionne pas! bien au contraire!), ça réveille les consciences!
    c'est rigolo, quand même... :/

    RépondreSupprimer
  4. Selon Wikipédia :

    "Zara was a fashion imitator. It focused its attention on understanding the fashion items that its customers wanted and then delivering them, rather than on promoting predicted season's trends via fashion shows and similar channels of influence, which the fashion industry traditionally used."

    50% of the products Zara sells are manufactured in Spain, 26% in the rest of Europe, and 24% in Asian and African countries and the rest of the world.[8] So while some competitors outsource all production to Asia, Zara makes its most fashionable items -- half of all its merchandise -- at a dozen company-owned factories in Spain and Portugal, particularly in Galicia and northern Portugal where labour is cheaper than most of Western Europe. Clothes with a longer shelf life, such as basic T-shirts, are outsourced to low-cost suppliers, mainly in Asia and Turkey."

    Dénoncer Zara pour ses conditions de production serait risqué parce qu'elle est l'une des rares marques à encore produire en Europe (76% de la production) et notamment à embaucher dans son pays d'origine : l'Espagne.

    ÉVIDEMMENT, elle cherche le profit à tout prix mais délocalise bien moins que les autres concurrents. Donc accuser Zara pour les conditions de travail reviendrai à accuser l'ensemble de l'industrie textile de masse.
    Ex : Levi's et ses jeans en Turquie

    Je ne défend pas Zara (Déjà parce que c'est cher :) ) mais il ne faut pas non plus 100% la blâmer sur les conditions de Prod. Concernant le copywright ce qui est surtout étrange c'est qu'elle n'ait pas peur du tout du Bad Buzz et ça lui pend au nez plus que jamais.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cet article, très intéressant!

    RépondreSupprimer
  6. Eh ben! On en apprend tous les jours!

    J'trouve ça honteux de prendre l'image de qqun, d'en tirer des millions suite aux ventes et de sentir pénard! Faut que les bloggeuses portent plainte, c'est interdit d'utiliser l'image de qqun! En espérant que ça fonctionne car étant donné que ce sont des marques bourrées de fric...

    RépondreSupprimer
  7. En tous cas, le spot anti-KitKat est très efficace. Je pense sincèrement ne plus jamais manger de KitKat de ma vie.

    RépondreSupprimer
  8. faut qu'elles en profitent ces blogueuses, qu'elles éditent elles-aussi des collections de tee-shirts, succès assuré après cette pub gratuite , go go go!!

    RépondreSupprimer
  9. Effectivement, Zara délocalise moins que d'autres (ce qui explique aussi les prix un peu plus élevés), n'empêche qu'ils ne sont pas dans la production textile "éthique" et qu'ils ne cherchent même pas à le devenir.

    Bad buzz, bad buzz... ça ne leur fait certainement pas peur car personne n'arrêtera d'acheter chez Zara à cause de cette histoire! Zara fournit des modèles copié/collé de grandes marques à la mode, à moindre prix... alors les fashionistas vont dire que "oh! c'est mal de copier les blogueuses! qu'en est-il du droit à l'image et tout et tout?!" mais elles vont continuer à acheter leurs fringues là-bas, pour être tendance sans (trop) se ruiner...
    au pire (ou plutôt au mieux! :p), les séries de t-shirt en question se vendront moins, mais je pense que ça n'ira pas plus loin.

    RépondreSupprimer
  10. Je crois que vous avez aussi oublié l'auteur de l'image! Ne l'oublions pas!!
    Lorsqu'une bloggueuse décide de poser pour un photographe celui-ci normalement lui fait signer un papier sur l'autorisation de diffusion (commercialisé ou pas, diffusé ou non, international etc...). Ce qui veut dire que la pour le coup c'est le photographe qui est le plus victime!
    On lui a volé son image ainsi qu'un travail photographique (pareil pour le modele) mais là en terme de droits c'est le photographe qui est le plus touché dans ce genre de situation.

    RépondreSupprimer
  11. Dans ce cas, il faudrait que la bloggeuse s'associe avec la photographe pour dénoncer :

    - vol de photographie donc vol d'un travail protégé
    - vol de droit à l'image
    - vol d'un blog

    C'est du droit à trois francs mais grosso modo c'est ce que les ""victimes"" (Remarquons les guillemets) devraient faire.

    RépondreSupprimer