.

Les réseaux sociaux décryptés via Justin Bieber


Un peu de honte sur ce blog, puisque le dossier du jour va parler de... Justin Bieber. La raison est bien simple, au même titre que d'autres célébrités, le bougre commence à avoir tout un plan de communication autour de lui et de son "talent" (Remarquons les guillemets) et pour un blog de communication, il est intéressant de voir l'évolution de la communication et des réseaux sociaux autour de ce mec.


Justin Bieber : Who is it ?

Justin Bieber - Un style ... inssaisisable (niais ?)

Mais d'abord qui est Justin Bieber ? Si tous les médias parlent de ce mec, comme d'une star déjà bien imposée dans le milieu musical, peu de gens le connaissent vraiment. Petite description :

Justin Bieber est l'archétype du gamin américain (Canadien) bien propre sur soi qui rencontre un succès international grâce à un plan de carrière bien ficelé et à des chansons aux paroles très mais alors très profondes. (Bébé, bébé, bébé ohhh je pensais que tu serais à moi, que tu serais mienne)

Mèche parfaitement plaquée, style minutieusement étudié, il commence sa carrière sur Youtube, où il se fera ensuite repéré par Usher. Ce parrainage par l'un des empereurs du Rap lui permettra d'ouvrirtoutes les portes du milieu en très peu de temps.

Bieber se retrouve alors, sous les feux des projecteurs américains, pour ses chansons commerciales au possible agrémentées d'un plan de communication savamment étudié pour que les teens et pré-teens(8 - 17 ans max) l'aiment et le chérissent. Justin Bieber devient dès lors en 6 mois, un véritablephénomène sur la planète des adorateurs de célébrités Disney (Jonas Brothers, Miley Cirus, Selena Gomez et toute la clique) qui se répandra sur toute la planète.

Justin Bieber : A défaut de savoir chanter sait au moins manier les réseaux


Le Twitter de Bieber, plus de 4 millions de fans followers

Que l'on aime ou que l'on déteste Justin Bieber, il faut admettre quelque chose : il sait utiliser lesréseaux sociaux. On peut même tout à fait admettre que Justin Bieber fait partie des véritables stars du Web 2.0 à part entière.

Il commence sa carrière sur Youtube, réussit à se faire repérer grâce à Internet, cultive son image sur Internet, utilise Twitter pour fidéliser qui bon voudra l'écouter, diffuse sa musique sur Internet etdérape sur Internet. Justin Bieber (Plutôt ses agents) le sait : avec Internet tout est possible. Et c'est ça qui va introduire notre article spécialement tourné réseaux sociaux.


Justin Bieber : Un potentiel publicitaire unique


Justin Bieber - Publicité contre l'acné (Proactiv)

Avec des dizaines de millions de fans prêtes à consommer tout ce qui sera estampillé Bieber, le potentiel publicitaire de la star est tout simplement énorme. Son image savamment étudiée par tous ses agents, lui permet de vendre des millions de produits à son effigie et dans le monde entier.

Cependant, quand on a 16 ans et que l'on passe de star locale à star internationale, on fait des conneries et c'est là qu'on observe un retournement : Justin Bieber se prend un méchant retour de bâton par son premier amour : Internet. Il est la démonstration même d'une communication sur le netmal encadrée ...

Justin Bieber et les pirates 

Parce que Bieber agace, mais agace vraiment. Au delà des jalousies, sa tête à claques se fait de plus en plus présente dans tous les médias, dans les publicités et ça énerve. Dès lors un véritable combat démarre entre les anti-bieber et les pro-bieber (D'un âge moyen de 14 ans et qui squatte le top Tweet de Twitter avec des paroles aussi profondes que les chansons de Bieber).

Attention, pas de généralités, tous les fans de Bieber ne sont pas compulsifs et savent parler mais comme 95% du public biberien ne sait que crier, c'est rapidement insupportable. Le net s'emballe et ça dégénère.

Tout commence avec 4chan, forum Internet mondialement connu pour ses différents coup d'éclats sur le net (Piratage du Times, des mails de Sarah Pallin, de Youtube, annonce de la mort de Kanye West ...) et qui décide de s'attaquer à Justin Bieber. Le forum ne supporte pas le chanteur et le fait savoir. Entre piratages et bugs, c'est toute l'image du Bieber qui se transforme sur Internet via le forum et d'autres pirates.


Une page Facebook empoisonée - J'ai choisi les plus "soft"


Première cible : Facebook. Le forum décide d'empoisonner la page Facebook du chanteur à coup de photos pornographiques, de montages plus ou moins classes et de photos de guerre très gores. C'est le premier véritable dérapage que se prend Justin Bieber.


La page fréquentée par des millions de fans déchaînés se retrouve alors détruite pendant une bonne journée. Comme dans le cas Ferrero Rocher, le responsable ne peut rien faire. Premier échec notoire.


Le cas Ferrero Rocher, cas d'anthologie de dérapage Facebook en France


Seconde cible : Youtube. Les internautes de 4chan, très doués arrivent à utiliser les failles de Youtube pour diffuser des vidéos pornographiques et des messages annonçant la mort de la star sur de nombreuses vidéos. Une faille rapidement corrigée mais qui a affolé la planète Bieber pendant une journée.


"Mauvaise nouvelle, Justin Bieber est mort dans un accident de voiture"


Troisième cible : Google. Après Youtube c'est Google qui est utilisé par les pirates pour diffuser une rumeur : Justin Bieber aurait la syphilis. Information rapidement démentie mais qui traîne sur le net et entache l'image d'un chanteur pour adolescent, normalement porte parole de la lutte contre les MSTqui touchent surtout les jeunes.


Justin Bieber aurait la Syphilis - Google


Les mots les plus recherchés aux Etats-Unis : "Justin Bieber Syphilis"

Quatrième cible : Twitter. Une nouvelle rumeur annonçant la mort du chanteur circule. Comme d'habitude cela prend une ampleur folle, témoignage de l'importance de la star sur les réseaux et qui a une fan base très active.

Des fans ... acharnés

Cinquième cible : Faxo. Via cette interface et Twitter, le chanteur donne une nouvelle dimension à l'interactivité pour sa fan base. En effet, ce sont les fans qui décident où il fera l'un de ses concerts. Ils choisissent le lieu et Bieber ira. Ni une, ni deux 4 chan, lance un énorme appel pour que tout le monde vote massivement pour la Corée du Nord et c'est une réussite complète. La Corée du Nord est élue.


Winner : North Korea - Bieber à Pyongyang ?

Tous ces exemples nous montrent plusieurs choses. Tout d'abord Justin Bieber est une star quiappartient à Internet, il a émerge grâce à Internet, il joue d'Internet, il utilise Internet et est représentatif de la nouvelle place d'Internet dans la gestion d'image et l'émergence de nouveaux talents notamment musicaux (Sans citer le défunt My Space).

Deuxième fait notable : sa fan base ultra réactive. Composée à 99% d'utilisateurs confirmés d'Internet, la fan base de Bieber est un modèle du Web 2.0. A l'affût du moindre Tweet de la star, des moindres détails des sites people et complètement dépendante de Bieber, elle entretient le "mythe" autour de la star mais cultive l'énervement des détracteurs de Bieber.

Avec ces 5 exemples, on peut voir 5 types de dérapages que toute star essaye d'éviter. Mais 4Chan et ses internautes plus que confirmés rendent la tâche difficile à Bieber. Dès lors on pourrait se dire que ces dérapages touchent faiblement la star et que de toute façon il est la victime. On pourrait oui ... mais Justin Bieber, cultive une véritable image de tête à claques qui lui cause du tort.

Justin Bieber : L'enfant


Du haut de ses 16 ans, la star se croit déjà tout permis. avec sa fan base massive, il pense que le monde lui est acquis et que de toute façon rien ne changera. Sûr de lui, Justin Bieber n'a pas peur, ce qui est plutôt une bonne chose. Mais à force d'être trop sûr de soi, il dérape, ce qui renforce la haine des anti-Bieber et renforce l'amour aveugle des pro-Bieber. Résultat on tombe, sur une bataille acharnée sur fond de "Baby Baby Baby ohhhhhhh" où les moindre faits et gestes du garçon influe considérablement. Et dernièrement, il a mal joué.


Kevin Kristopik, est un adolescent américain qui a eu le malheur de vouloir trop s'approcher de la star. Pour se faire, il pirate le compte Twitter d'un des meilleurs amis de Bieber (Ok ça craint) et arrive auplus près de Bieber. Mais ni une, ni deux, Justin utilise la frappe balistique en se vengeant de manière totalement .... infantile. Il publie purement et simplement le numéro de Kevin sur son twitter (à plus de 4 millions d'individus je vous rappelle) en affirmant que c'est son numéro.


"Tout le monde m'appelle au 248 - XXX - XXX -XXX ou m'envoie un sms :)"


Kevin se prend alors 26 000 sms dans la face, de fans HY-STE-RIQUES de pouvoir approcher leur idole. Justin dérape mais Kévin s'excuse publiquement. Une victoire pour les pro Bieber. Kevin : "Je suis désolé de m'être immiscé dans sa vie, mais je pense qu'il est allé trop loin de donner mon numéro à 4,5 millions de personnes."

L'iphone de Kevin Kristopik proche de l'implosion

Et maintenant ? On en dit quoi de lui ?

Pour conclure cet article riche en textes, on peut affirmer que Justin Bieber est un phénomène du net. Chose nouvelle, puisqu'il est la première célébrité internationale totalement propulsée par Internet,entretenue par Internet et utilisatrice d'Internet et des réseaux sociaux. Cette caractéristique est une nouveauté qui lui permet d'avoir une fan base ultra réactive (en corrélation directe avec l'âge de la cible) mais aussi de nombreux dérapages.


N'oublions pas qu'ici nous sommes sur un blog qui traite de la publicité, mais aujourd'hui plus globalement de la communication à travers les réseaux. Focalisons nous sur les réseaux et non pas sur Bieber en soi. Autour de ce personnage on a trois types d'individus, les "Je ne connais pas / Je m'en tape comme de l'an 40", les "Justin Bieber sera ma cible, ce cr*tin méché est de toute façon un objet formaté que je deteste" et les "OMG Bieber épous moa AHHHHHHHH". Globalement les "Je m'en tape", "Je l'adore" et "Je le déteste".


Les deux derniers groupes sont essentiels pour la carrière de Bieber. L'une permet à la star d'exister et de conserver son rang. Et l'autre joue de sa haine pour le démolir.
Résultat, le terrain de bataille est le lieu même de naissance de Bieber : Internet. Et plus particulièrement les réseaux sociaux : Twitter et Facebook en tête où la star et ses fans sontlargement présents. Les anti-bieber sont nombreux et ont une force de frappe massive composée de 4chan et de pirates expérimentés.


C'est avec eux que l'on voit l'importance d'un réseau social pour une célébrité ou une entreprise. Du jour au lendemain, l'image complète d'une personne peut être modifiée via ces outils et peut entrainer du bad buzz. Bieber est l'illustration parfaite puisqu'il permet de voir à quel point le phénomène peutaller loin, surtout quand le protagoniste lui même s'implique dans la bataille.


Toutefois, la fan base de Bieber est telle que pour l'instant, les attaques qu'il subit reste encore épisodiques et noyées par un soutien sans limite à la star. Mais le statut de Bieber nous permet de voir les différents types de dérapages qui existent sur les réseaux sociaux et qui peuvent très bien toucher des entreprises et démolir des mois de campagnes. A l'image de Ferrero Rocher ...

David

5 commentaires:

  1. Je ne sais si tu avais vu Justin dans "La boîte à question" du Petit Journal, il est d'une prétention sans limite !
    Enfin comme tout phénomène, il passera et bientôt quand on entendra son nom beaucoup dirons "ah il est encore en vie lui ?".
    Je penses que l'effet internet a bien en effet développé son activité de façon importante mais qu'elle disparaîtra de la même manière.
    Tout va plus vite dans un sens comme dans l'autre.

    RépondreSupprimer
  2. Comme l'a prédis Andy Warhol, n'importe qui (et j'insiste sur "n'importe qui") pourra être sur le devant de la scène avec les nouvelles technologies : le fameux 1/4h d'heure de gloire !

    Justin B. est en plein dedans, juste un môme qui va bientôt retomber dans les bas-fonds du néant ! (Oui je suis anti-bieber !)

    "Kevin se prend alors 28 000 sms et plus de 20 000 sms dans la face"
    Dis moi David, je pense qu'un des deux est plutôt "appels" non ?
    Je mise sur le "20 000", jackpot ?

    RépondreSupprimer
  3. Et malheureusement tu loupes de peu le Jackpot puisqu'il s'agit en réalité de 26 000 sms.
    Je vais corriger ça ;)

    Espérons que Warhol ai raison

    RépondreSupprimer
  4. Rah flute ...
    J'avais oublié de préciser, très bon boulot en tout cas !

    RépondreSupprimer