.

Les 10 publicités les plus mauvaises du Super Bowl



Aujourd'hui un jour particulier outre-Atlantique, puisque c'est le jour du Super Bowl ! Quarante-Sixième du nom, cette édition du Super Bowl sera encore une fois l'occasion d'assister à un grand show à l'américaine mais aussi et surtout à des placements publicitaires plus ou moins réussis.


L'année 2012 continue, comme 2011, a être placé sous le signe du numérique puisque beaucoup de spots veulent d'abord faire leurs petits effets sur le net. Le GRAND gagnant de l'année dernière était Volkswagen. Avec plus de 12 millions de vues et des critiques plus d'unanimes sur la qualité de ce spot, il permettait à la marque de s'enfoncer profondément dans l'évènement. Va-t'il y avoir une marque qui connaîtra un tel essor cette année ? La question reste entière

Mais au delà d'être une grande démonstration de créativité publicitaire, le Superbowl est aussi le lieu de gros ratés et cet articles va vous montrer les dix plus importants, tous Super Bowl confondus.

Volkswagen 2011 - Un succès

Comme dit précédemment, le Super Bowl est THE SHOW à l'américaine, dépassant régulièrement des scores d'audience délirants, il est le lieu de toutes les convoitises publicitaires.

Les annonceurs sont prêts à investir des fortunes pour pouvoir avoir leur instant de gloire et espérer augmenter leur profit, leur notoriété, leur visibilité, leur puissance instantanée et j'en passe. Oui mais à force de vouloir se faire remarquer, ou n'ose trop et c'est alors un bon gros échec.

1 - Just For Feet - Super Bowl XXXIII (1999)

L'enseigne sportive fait son apparition au Super Bowl avec ce spot :


Objet de toutes les critiques et de toutes les indignations, ce spot est immédiatement détesté par la majorité des américains. Ils s'avèrent en effet, que la première chose qui saute aux yeux est le caractère raciste
La marque a décidé d'utiliser cet axe pour créer ce spot qui montre un athlète kényan observé par des pseudo-scientifiques, de surcroît blancs, qui veulent lui mettre leurs chaussures aux pieds. Tout est là pour foirer, l'aspect raciste

2 - Apple (Lemmings) - Super Bowl XIX (1985)




Apple est sans aucun doute l'une des marques les plus liées au Super Bowl. En effet, le spot mythique "1984" retransmis durant le Super Bowl de 1984 (Logique) lui a permis d'avoir un statut publicitairement reconnu. Ce spot est d'ailleurs considéré comme le plus puissant de la marque et pour beaucoup, le plus emblématique de la puissance créatrice liée au Super Bowl.


Une année plus tard vient le spot "Lemmings" et là, gros coup de massue, c'est un flop. Pourtant tout était prévu pour que ce spot marche : une histoire, une voix off similaire à "1984" et la sortie du nouveau Macintosh Office. Ce qui fait que ce spot a loupé, c'est qu'il est très très TRÈS sombre. Triste, accusateur, moralisateur, ce spot ne plaît pas. Alors qu'en 1984 on se libère de ses chaînes, en 1985 on prend conscience de la stupidité de nos actes que l'on corrige ensuite grâce à Apple. Un raisonnement qui plaît peu et qui s'ajoute à un match sans suspens qui rend la publicité encore moins joyeuse.

3 - Holiday Inn - Super Bowl XXXI (1997)



En 1997, Holiday Inn sort un spot qui se veut décalé et frais pour plaire à un grand nombre de personnes pendant un évènement fédérateur. Sauf que ce spot est loin d'avoir plu à certaines personnes : les LGBT. (The" Lesbian, Gay, Bisexual and Transgendered People", soit les Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres)

En effet, on retrouve dans ce spot, une belle femme (refaite de partout) qui s'avère en fait être... un homme. Même si ce spot n'est pas insultant, ni choquant, il n'en reste pas moins très ambigu. Pourquoi la marque utilise cet axe créatif ? Pourquoi cible t'elle ce type de personnes dans un continent encore globalement fermé et puritain. Autant de questions qui font que ce spot a... loupé.

4 - Snickers - Super Bowl XLI (2007)



Dans la continuité du spot d'Holiday Inn, c'est au tour de Snickers de faire scandale. Beaucoup de gens lient ce spot à de l'homophobie de base. Contrairement à Holiday Inn qui fait un spot ambigu sans porter atteinte aux LGBT, ce spot là est complètement liée à un caractère homophobe.

Deux hommes "virils" qui s'embrassent à cause (ou grâce à) un Snickers et qui, persuadé d'avoir fait une connerie, se rattrape en faisant quelque chose de "viril". Même si ce spot se veut rempli de second degré, il n'a quand même pas plus du tout aux associations gays et à de très nombreux américains. Humour de bas étage qui transmet l'un des clichés les plus détestés des gays : "Je suis gay donc moins viril". Comme quoi le second degré quand il est mal manié, peut bousiller une image de marque et un spot. Surtout pendant un évènement comme le Super Bowl.

5 - Sales Genie - Super Bowl XLII (2008)



C'est en 2008 que le site "Sales Genie" sort ce spot tout en dessin animé. Comme Holiday Inn, son echec se situe dans son ambiguïté. Pour beaucoup (et à juste titre) ce spot transpire le racisme
Tout est joué sur le cliché, des pandas, des accents chinois, des noms chinois, des pandas qui mangent trop... BREF un échec. Il est intéressant de noter que l'échec fut bien plus ressenti sur le net et les différents réseaux sociaux que sur les médias dits "traditionnels".

6 - Burger King - Super Bowl XX (1986)


"Find Herb the Nerd" est le titre de ce spot et plus globalement de cette campagne. Même si Burger King veut créer une campagne nouvelle, jouant avant tout sur l'aciduité de ses clients, elle arrive à louper son coup à cause (pour beaucoup) d'une erreur de casting.

Le principe est simple, trouve Herd dans ton Burger King et tu pourras gagner 1 million de dollars. Le principe semble enfantin et devrait surtout permettre à Burger King d'augmenter sa grande notoriété. Sauf que l'acteur incarnant Herd n'est pas apprécié et le principe du "Trouve Herd et gagne" ne plaît pas, malgré la récompense d'un million de dollars. Burger King a dépensé 10 millions de dollars pour cette campagne qui a rencontré un très faible intérêt.

7 - Cash For Gold - Super Bowl XLIII (2009)


Sorti en 2009, ce spot est sans doute le moins créatif de tous ceux présents dans cet article. Malgré la présence de Ed McMahon et de MC Hamer, (Can't Touch This ! TOUDOUDOU) cette publicité est un bide total.

Pas besoin d'analyser plus que ça, le spot semble être tout droit venu du câble à 4 heures du matin. Et pourtant, elle est passée en plein milieu du Super Bowl. En plus elle joue sur la caractère malsain de la crise qui force les gens à se débarrasser du peu d'or qu'ils ont chez eux, seul matériau qui n'a pas souffert de la crise et qui reste lucratif.

8 - Budweiser - Super Bowl XXXVII (2003)



Ce qui fait également un flop, c'est le mauvais goût. Qu'il soit racial (Just For Feet) ou sexuel (Holiday Inn, Snickers), c'est la valeur sûre pour ne pas faire aimer son spot. L'annonceur en question est pourtant un mastodonte des boissons américaines puiqu'il s'agit de Budweiser.

Un clown à l'envers, qui boit une bière par le haut, donc par les fesses. Ha. Ha. Ha. Comme quoi parfois un échec c'est facile à expliquer.



9 - Sierra Mist - Super Bowl XXXVIII (2004)



Dans le même genre on retrouve la marque Sierra Mist, typiquement américaine et filiale de Pepsi. L'ancien axe créatif de la marque pourrait être résumé par "La fraîcheur à tout prix" qui a engendré plusieurs spots légers et plus ou moins réussis. (Pour contrer son éternel rival : Sprite)

Celui du Super Bowl est tout de même un échec puisque tellement léger qu'il n'est pas très drôle et un peu ambigu. On y retrouve Patton Oswalt en train de se rafraîchir ses parties intimes avec un jet de la boisson. Étrange utilisation de la boisson, étrange idée, tout est étrange. Surtout quand le spot se clôture par une réaction elle même étrange du gamin.

10 - Budweiser - Super Bowl XXXVIII (2004)



Bon je dois vous avouer que pour beaucoup cette publicité est l'une des pires du Super Bowl mais moi elle m'a bien fait rire. On y voit un couple pendant un instant très romantique, gaché par... un pet de cheval. Évidemment c'est pas très fin et pour beaucoup, une nouvelle fois, c'est du mauvais goût.

Les avis divergent sur ce spot très terre à terre, mais des dix de cet article, c'est le moins mauvais de tous. Il est également sorti durant le Super Bowl 2004, année de la publicité de Sierra Mist mais aussi de l'arrachage de soutien-gorge de Janet Jackson par Justin Timberlake. Inutile de vous dire que le poids du NippleGate (nom donné à ce scandale) est bien supérieur à celui de cette publicité.

Cet article regroupe donc, les 10 spots les plus critiqués, les plus étranges, les moins réussis des différentes éditions du Super Bowl Américain. En France certaines passeraient presque inaperçues et ne seraient pas critiquées, mais l'ampleur de l'évènement force les investisseurs à jouer la carte de la prudence créative ou au contraire de l'audace à l'extrême.

David

6 commentaires:

  1. Un blog qui peut vous intéresser : http://ambush-marketing.fr

    RépondreSupprimer
  2. Ce que j'aime avec cet article, c'est qu'il est inattendu et vraiment original par rapport aux contenus similaires qu'on retrouve sur tous les blogs de pubs... +1 pour advetisingtmes !

    RépondreSupprimer
  3. ahaha trop marrante la 2 eme vidéo :))))

    RépondreSupprimer
  4. Dites, pour le spot "Sales Genie" : on est d'accord sur le fait que les pandas (donc les chinois) ne veulent pas retourner au zoo et veulent continuer à gagner des sous (et donc que le zoo est clairement négatif)..

    Mais ça ne choque que moi qu'à la fin ils aillent voir des ours (donc de couleur sombre) au zoo ?!

    RépondreSupprimer