.

Ces nouvelles stars du web adoptées par la publicité


Avant de lire cet article, sachez qu'après deux semaines d'absence j'ai vraiment tenté de faire un lancement d'article plutôt décalé. Mais force de constater que mes révisions me tuent, vous avez un dossier sans lancement. Un dossier sans lancement certes, mais un dossier inédit car uniquement composé de vidéos. Car ce sont ces dernières qui en 2011 ont consacré un nouveau type d'internaute : le Podcasteur.


Le Podcasteur est celui qui fait des vidéos de lui ou de ses potes et qui essaie de faire rire et de se démarquer. Parfois ça fonctionne franchement et ces internautes au début lambda deviennent aussi populaire online, qu'offline. On pense évidemment à NormanHugoCyprienJérôme qui mis bout à bout incarnent une bande de potes que la plupart des internautes admirent. Comme tout phénomène en pleine explosion, les Podcasteurs font face à des fans, à des critiques, à des copies (plus ou moins... crédibles) et fédèrent.

Cette dernière caractéristique est fondamentale et explique en partie, l'importance de leur popularité. Le côté "Ils sont comme nous" + "C'est trop vrai ce qu'il dit" + une communauté Facebook et Twitter qui grandit = un intérêt des médias "traditionnels" sur un phénomène au départ numérique. Alors que le blogueur était l’espèce sacro-sainte des partenariats publicitaires, le podcasteur par sa popularité est de plus en plus désiré. Résultat, les campagnes publicitaires se multiplient derrière ces guides de l'humour 2.0.

Norman : le plus populaire

Norman avec sa chaîne "Norman fait des vidéos" fait presque figure d'ancêtre dans ce monde de Podcasteurs. Avec plus d'un million de fans sur Facebook et des milliers de followers sur Twitter, il est l'incarnation de l'humour à la cool et fédère une masse d'internautes d'horizons divers et variés autour de vannes maintenant cultes ("FAUX"). Avec des telles statistiques, il n'est guère étonnant qu'il se soit très vite attiré l'amour des publicitaires de tout horizon.


Dès juin 2011, c'est Orange Cinéma qui emploie pour la première fois le jeune homme avec des sketch écrits par le protagoniste autour du service proposé. La communauté est alors partagée, on retrouve les publiphobes criant au scandale d'avoir fait de Norman un nouveau prince de la pub, et ceux qui applaudissent dans le sens où ce dernier garde son style et qui trouvent légitime le fait qu'il puisse gagner de l'argent. Chacun aura son opinion.

Les génériques - Norman pour Orange Cinéma

Le spot télé, que vous avez tous vu

Norman en Islande

Norman à Tokyo

Norman à Hawai


Avril 2012 : Norman X Orange Ciné par Cake Paris
.
Hugo : l'Outsider


Autre podcasteur, autre univers : Hugo et sa chaîne "Hugo tout seul". Même si la communauté de ce dernier est moins large, il n'empêche que ses vidéos et proximité avec Norman lui attirent un succès important sur Youtube. Il n'est guère étonnant que lui aussi fasse désormais des vidéos au service d'une marque. La première (et dernière en date) est celle de la Société Générale avec un Podcast plus proche de son travail personnel et un annonceur qui mise tout sur lui pour toucher une cible plus jeune et connectée.

"J'ai passé mon permis" - Agence Magic Garden

Jérôme, Kemar et Hugo pour l'Australie

Bref.

A l'inverse, certains phénomènes du web (et des médias traditionnels) peuvent commencer par la pub et traîner ce que l'on nomme désormais : "une casserole". C'est le cas de Kyan Khojandi, véritable couteau suisse numérique. Le héros du phénomène "Bref" sur Canal + a en effet fait ses débuts dans la publicité, un spot pour Norauto un peu moins décalé que "Bref".

Et oui, ça fait mal. 

Ainsi, même si elles sont encore peu nombreuses, les publicités utilisant les Podcasteurs ne cessent de se multiplier. Ces internautes comme vous et moi ont réussi par leur audace et leur humour à s'imposer sur un segment du numérique en pleine explosion. Le côté "Do It Yourself" de leurs travaux a réussi à séduire une quantité d'internautes sans cesse plus large et constitue pour la publicité un bon moyen de s'adresser à une cible jeune, en phase avec le numérique et ayant un lien affectif avec le Podcasteur. En somme, des égéries 2.0 pour une cible 2.0.

En bonus, une vidéo de Cyprien, assez vraie sur la pub et internet

Et hop Cyprien pour le CIC

Dès lors, on peut penser que le nombre de publicités avec des Podcasteurs ne va cesser de croître dans les prochains mois. La vraie question étant de savoir si trop de publicités ne peut pas tuer cette relation unique et directe du Podcasteur avec sa communauté.

David

8 commentaires:

  1. Il est évident que les biefs des marques assassinent la créativité alors que ces jeunes humoristes sont pleins de talent.

    Il suffit de voir la différence avant / après.

    C'est encore pire pour la dernière vidéo de Hugo qui est vraiment une bouze.

    M'enfin. Ces marques leurs permettent au moins d'avoir un revenu autre que Youtube et de pouvoir monter d'autres projets.

    Contrairement à Rémi Gaillard à l'époque qui a quasiment déserté le web..

    RépondreSupprimer
  2. J'attends la marque qui osera utiliser Morsay ou Cortex

    RépondreSupprimer
  3. Pour l'instant, je trouve que Norman a gardé sa patte malgré les différentes collaboration qu'il a pu faire. J'espère qu'il va continuer sur cette voie.

    RépondreSupprimer
  4. et ne pas mentionner Poulpe ? (alias celui qui a : rendu Free si populaire avec des vraies performances décalées et,
    - imposé un personnage fort à partir de rien comme image de marque -son "quasi-anonymat" avant ces pubs-)...

    RépondreSupprimer
  5. on ne peut vraiment pas leur en vouloir non ???
    Par contre l'ami Remy a disparu effectiment, il faut dire qu'il devenait franchement pas drôle

    RépondreSupprimer
  6. Il est super cool ton article :) Bien vu! Et j'aime bien, en tant qu'étudiante en communication le concept de ton blog :) Bises et bon courage pour tes révisions!

    RépondreSupprimer
  7. Mais à part les boutonneux de vingt ans, il y a réellement des gens qui regardent les vidéales de ces podcasters ?

    RépondreSupprimer