.

Boobstagram, le cancer de l’internet


Aujourd'hui le site accueille une nouvelle contribution, cette fois-ci féminine, en la personne de Julie Navarro. Détentrice de ParisComLight, elle y analyse et decrypte marques et tendances en mixant plume aiguisée et avis bien tranchés. Aujourd'hui elle examine "Boobstagram" et vous offre une étude comme elle sait si bien les faire.


L’objet du délit commissaire Navarro ? La récupération du cancer du sein par "Boobstagram".

Pour reprendre le communiqué de presse envoyé par les protagonistes et allègrement repris sur l’internet des biens pensants : « Ce sont Julien GLT (fondateur de "Boobstagram") et Lionel Pourtau (sociologue), qui sont à l’origine de cette idée pour lutter contre les risques du Cancer du sein ». Ça annonce la couleur et pas celle de mon soutif.

Lorsque vous associez deux entités, certains liens communs font les ponts de la cohérence… cherchons-les mais définissons d’abord les 2 « entités » en présence : "Boobstagram" et cancer du sein.

Le concept "Boobstagram" pour les néophytes : des filles envoient la photo de leurs seins dans leur soutif à un site qui les agrègent. Ça marche puisque le compte à 7 590 followers sur Twitter, 18 677 fans sur Facebook et j’en passe sur "Instagram". Pourquoi ? Des narcisses qui y trouvent probablement la satisfaction de raidir « le fallu » de quelques individus sur leurs attributs. Ou peut-être l’impression de participer à ce gigantesque et prétexte « plaisir des yeux ».

Pourquoi pas, là n’est pas l’objet du débat. Des boobs maintenus dans leurs baleines et autres push up ne sont pas des seins nus, calmons-nous 2 secondes (ça c’est pour me faire plaisir).

Vous me glisserez en plus que ce qui est suggéré ou qu'on ne voit pas est parfois plus excitant que du brut. Nous rentrons bien dans une logique de voyeurisme, de jouissance, de soulagement. N’entendez aucun jugement de valeur, ceci est un fait.

Par ailleurs, il est intéressant d'observer le contexte dans lequel le mot « boobs » est employé et ce qu'il connote. Il désigne le poitrail féminin et projette une fille « bitchy » qui montre presque sans complexe (ça en deviendrait presque mignon) et qui est, dans l'imaginaire collectif dotée d'attributs plus volumineux que la moyenne.

"Boobstagram" sonne avec cet imaginaire, c'est rigolo comme détournement, ça se retient. C'est tellement marrant et le site rassemble tellement de mecs qu'on va même permettre et légitimer la récupération pour la prévention du cancer du sein. L'idée : montre tes seins d'abord à ton médecin.

La cible ? Les femmes (d’un certain âge). Le public de "Boobstagram"? Des jeunes hommes (allez on a pas les chiffres mais entre 15 et 30 piges ?). Vous me direz à cet instant que justement il est intéressant de parler à une cible prescriptrice, qui glissera à sa douce l'importance des examens préventifs. Je n'y crois pas.



Le concept est donc récupéré sans même de réelle transformation mais bien pour ce qu'il est et de fait, pour ce qu'il représente. Montrer ses seins oui mais pour la bonne cause ? Oui encore faut-il qu’il s’agisse de la bonne.

Le cancer du sein, une maladie qui touche 1 femme sur 8 (il est possible de discuter les chiffres) et qui remet affreusement le concept de féminité en question. Les femmes concernées ont donc un certain âge, rien à voir avec les dentelles qu’on trouve sur "Boobstagram". Décidément nous n’y sommes pas. Présentez le « concept » à des femmes malades, mutilées ou à risque, vous serez reçus non sans fracas et pour cause.

Un "Boobstagram" rappellera à ces femmes ô combien leurs seins sont le centre de leur féminité, alors que non, celle-ci est bien ailleurs lorsque la maladie apparaît et est traitée. "Boobstagram" ou métonymie de la féminité, les seins pour la femme, finalement traumatisant non ?

Revenons donc à ce qui est le plus révoltant dans cette histoire, soit l'assimilation de deux notions, de deux messages qui n'ont en commun que les tétons.

Deux messages antinomiques qui s'entrechoquent, un bazar de connotations qui fait perdre tout le sens à cette tentative de récupération. Le plus triste ? C'est bien le relai des « médias » sur les internets, des sites qu'il est enfantin de berner et qui ne font que pomper des communiqués. Je crois que le simple fait de voir les "twittos" (tout plein de bonnes intentions) relayer qui m'a décidé à aborder le sujet.


Il n'y a pas de solution miracle, ni de véritables indicateurs pour rattacher la puissance d'une campagne à des changements de comportement. Il y a des communications chocs, humoristiques ou simplement informatives qui n'ont toujours pas fait leur preuve. Certaines études menées sur les campagnes anti-tabac montre un rejet ou un tel déni qu'elles remettent en question leur existence même.

Dans notre cas, un "Boobstagram" récupéré ne trouve sa légitimité que dans l'accroche déculpabilisante « Montrer ses seins sur Internet c’est bien, les montrer à son médecin, c’est mieux ! ».

Et les autres opés ? Parlons-en, tout n'est évidemment pas noir.

Pour ce qui concerne les opés prétextes et parfois un peu putassières organisées avec des filles et par des filles, je ne dis pas... dès l'instant que cela génère des fonds et que ceux-ci soient reversés pour la recherche et pour la prise en charge des femmes malades.

"Boobstagram" J’t’emmerde… …mais j’ai une dernière question pour toi. As-tu réfléchi à un véritable moyen de récupérer des sous pour la recherche ou pour toutes les assos qui accompagnent les femmes ?

J'entends déjà les "cette récupération, c'est mieux que rien" ; oui c'est encore ce qui nous décupabilisera le mieux.

Julie X David

22 commentaires:

  1. je vous recommande de lire ceci http://boobstagram.fr/pourquoi
    et si vous avez des questions je suis à votre disposition. boobstagram@gmail.com

    RépondreSupprimer
  2. Merci, nous l'avions lu.

    "Prendre des risques contre le risque de cancer du sein" : Une première accroche que je ne comprends pas.

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends ta réaction mais je ne suis pas d'accord avec ton analyse.

    Le propre des campagnes de prévention du cancer du sein c'est de faire prendre conscience que le dépistage est possible, simple et rapide. Ce partenariat, certes maladroit à quelques égards, rempli parfaitement sa mission : faire parler du dépistage du cancer du sein.

    Pour moi c'est justement le côté subversif, provocateur de l'association entre voyeurisme et prévention qui marque. Ca génère le débat mais ua final on retient l'essentiel : montrer ses loches pour sauver son cul.

    RépondreSupprimer
  4. Le propre des campagnes c'est bien de se faire dépister, l'action disons.
    La prise de conscience ici ? Encore non, intéressons-nous au public de Boobstagram.
    L'essentiel n'est justement pas le message de prévention. En bon communicant, tu as suivi cette récupération en te disant "ok pourquoi pas" mais rares sont ceux qui y verront une véritable opération de prévention.

    Merci d'avoir pris le temps de lire.

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi considérer uniquement le public de Boobstagram quand cette opération a déjà généré des dizaines d'articles sur des médias très variés ? Elle a déjà touché un public bien plus large que l'adolescent qui se touche ou la pétasse décérébrée.

    RépondreSupprimer
  6. Le public de boobstagram est différent de la cible, je suis d'accord. Le dispositif créé une sorte "d'accroche RP" qui va permettre de toucher la cible finale. Les reprises de CP dont tu parles constituent en fait le fond de la campagne.
    A mon avis.

    RépondreSupprimer
  7. Je préfère une campagne de "fond" qu'un coup RP. Les mecs qui ne connaissaient pas n'auront pas les yeux sur la prévention...
    L'association des 2 messages est incohérente donc relai pas relai, ça ne change pas grand chose à mon sens.

    RépondreSupprimer
  8. C'est tout aussi "amusant" pour un mec (oh les sales pervers, voyeurs et misogynes) de regarder des boobs que pour une fille et un calendrier des dieux du stade non (qui je le rappelle reverse les bénéfs pour des assos) ?

    RépondreSupprimer
  9. Pour le côté prescripteur, il faut y croire car je me suis surpris à dire à ma meilleure amie la semaine dernière qui avait mal au sein "prends rdv, on sait jamais". Elle prenait rdv le lendemain. Plus efficace que n'importe quelle campagne contre le cancer du sein, même Vanessa Demouy ne m'avait pas convaincu.

    RépondreSupprimer
  10. @Anonyme
    Tu t'éloignes du débat, on est d'accord sur le côté "amusant" etc.

    Ne perds pas de vue que ton cas ne fait pas la généralité même si ta bienveillance est vraiment vraiment vraiment saluable. Et comme tu dis si bien, ce type de conseil à amie est "plus efficace" que n'importe quelle campagne.

    RépondreSupprimer
  11. C'est justement l'intérêt du "coup RP", générer de la discussion sur le sujet et donc multiplier ce genre de situation (le conseil d'@anonyme à son amie).

    Pourrait-on dire que les résultats de la campagne sont bons (bonnes reprises RP donc discussions sur le sujet entre les bonnes cibles) mais que la stratégie est mauvaise (incohérence des messages) ?

    RépondreSupprimer
  12. Je me mêle du débat. et je ne suis pas d'accord avec l'auteur.

    Je n'ai jamais compris le principe de critiquer pour critiquer.
    L'intention de "boobstagram" est bonne alors pourquoi ?

    Si ton but est de descendre le site, sache qu'avec cet article, sa côte de popularité continue de monter.

    Pour finir, je te cite "Les femmes concernées ont donc un certain âge, rien à voir avec les dentelles qu’on trouve sur "Boobstagram" " Certainement selon les chiffres mais sache que ce fameux cancer touche toutes les femmes peu importe l'âge qu'elles ont. Plus les années passent et plus le nombre de femmes âgées de près de 30 ans sont atteintes alors pourquoi n'auraient-elles pas le droit de montrer leurs seins sur ce site ?

    Tu ne comprends pas les intentions de ce site, je ne comprends pas les tiennes.
    On dit d'un critique, qu'il critique parce qu'il n'a jamais réussi à faire ce qu'il critique...
    Et puis il faut bien des détracteurs...

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  13. Héloïse,

    Cette prise de position ne remet pas en cause le principe et les intentions du site.
    Concernant le cancer du sein, je ne peux que te rejoindre, mais encore une fois ce n'était pas pour remettre en question l'incidence...

    RépondreSupprimer
  14. A mon avis l'auteur a de petit seins !

    RépondreSupprimer
  15. Salut à tous,

    Déjà, Julie, j'aime bien ton style d'écriture.
    Ensuite, je rejoins Fouapa et Charles sur le fait qu'évidemment l'effet "provoc" de ce partenariat créé un engouement médiatique qui du coup génèrent des articles sur des sites pertinent qui eux atteindront la vraie cible.
    Je rejoins Julie sur le fait que la cible de Boobstagram c'est surement pas la cible de la campagne et c'est surement pas eux (en général) qui véhiculeront le message.

    Comme Julie, je ris doucement sur les bonnes intentions et le "c'est mieux que rien" avancés par Boobstagram et Héloïse. Boobstagram, c'est du buzz et du boobs gratuit, je n'ai rien contre le concept puisque je le suis aussi mais autant l'admettre c'est tout :)

    Si je voulais aller plus loin et regarder les choses de façon cynique (et je précise bien, SI), j'irai même jusqu'à dire qu'il y a là une opportunité pour Boobstagram de récolter plus de popularité, et plus de boobs mais là ca serait des accusations faciles, je cherche juste à alerter sur les "bonnes intentions" facilement utilisables.

    Après tout dépend de l'objectif: Si c'est faire du buzz pour faire parler de la cause, le partenariat de mauvais goût ici (c'est mon avis) est un bon choix car ca fait du bruit. Si c'est passer un message de fond, j'ai bien peur que l'effet s'arrête au buzz et notre chère gente féminines n'ira pas plus se faire dépister qu'avant.

    RépondreSupprimer
  16. Si ce sujet tient tant à coeur l'auteur et si celle-ci veut faire passer son message au plus grand nombre, pourquoi écrire avec un ton et une syntaxe aussi difficile d'accès?

    RépondreSupprimer
  17. moui, bon.

    Déjà boob ne renvoie pas nécessairement aux gros nichons, pas même dans le cas de ce site d'après mes fines observations...

    «Le cancer du sein, une maladie qui touche 1 femme sur 8 (il est possible de discuter les chiffres) et qui remet affreusement le concept de féminité en question. Les femmes concernées ont donc un certain âge, rien à voir avec les dentelles qu’on trouve sur "Boobstagram". Décidément nous n’y sommes pas. Présentez le « concept » à des femmes malades, mutilées ou à risque, vous serez reçus non sans fracas et pour cause. »

    ouais oupas, puisque « les femmes concernées [qui] ont donc un certain âge» ne sont pas les seules à être visée par les recommandations des organisations de santé vis à vis des modes de vie à adopter pour diminuer les risques d'apparition du cancer.

    Également, les admins du site pourraient exposer des femmes ayant été opérées --- ayant choisies le port de prothèses ou non, d'ailleurs.


    Ensuite, sans copier-coller du communiqué, les deux objectifs affichés sont plutôt pertinents.
    Même si moi je pense que ce sont des femelles qui envoient bien leur pix pourries de 500px avec effet hipster-wannabe à la con et donc engendrer quelques éveils ici où là, pourquoi pas --- et accessoirement, le communiqué parle uniquement de femmes; OSEF des hommes ?! ha bah vi... --- on peut tout aussi bien miser que « ces petits messages illustrés » [accessoirement n2, je ne les vois pas sur leur site, lolilol] ne consistent qu'en des tatoos comme les collégiennes s'en font promouvant le dépistage....
    Le site parle de se mobiliser sur «- la prévention primaire qui cherche à faire abandonner les comportements dangereux ».
    Il y en a pas mal: puisque ça va de l'activité physique à la nourriture en passant par les perturbateurs endocriniens [quid du mobile ? haha on voit bien les gérants illustrer ça]
    http://www.breastcancer.org/risk/factors/
    De gros doutes donc sur le comment du bidule
    inb4 moto, au cas où.

    j'aime bien aussi le « parfois un peu putassières organisées avec des filles et par des filles, » , ça fait pas du tout féministe/malbaisée sur les bords.
    Pourquoi ne pas profiter du comportement des millions de gamines qui s’exhibent sur le net ?

    Camwhores forever ?

    RépondreSupprimer
  18. La réalité est un peu plus simple à mon sens. Le site existe depuis pas mal de temps, et malheureusement (ou pas, c'est selon où on place son cynisme) l'idée du dépistage du cancer du sein est juste un pretexte, une couverture. C'est assez astucieux car les médias ont de quoi s'appuyer pour parler de seins (de décolletés pour être précis) sans être trop racoleurs. Je doute qu'il y ait jusqu'à récemment en tout cas une association derrière ce projet. Le but étant plus de rentabiliser le site en soumettant insidieusement une bonne idée ; ce qui est assez malin.

    RépondreSupprimer
  19. Salut,

    Le débat est de savoir si le dévot visage de la phrase d'accroche de Boobstagram est paradoxal avec les non-pieuses actions de montré de seins jeune et dénuée de tous cancer.
    Bien sur que c'est paradoxal.
    Et alors ?
    Tu veux que ça rapporte des sous à la ligue. J'espère que ça en rapportera.

    C'est une bonne cause, c'est indiscutable puisque le message est véhiculé, transmit, lu ...

    Il y a surement du "matage" abondant. Personne ne nie la présence exclusivement masculine.

    Maintenant est ce utile... On verra ...

    Rah s'il y a du bien pensant... Il y a aussi beaucoup de verbiage pour le mal pensant !

    RépondreSupprimer
  20. "Bien sur que c'est paradoxal.
    Et alors ?". LAULE

    "C'est une bonne cause, c'est indiscutable puisque le message est véhiculé, transmit, lu ..." Encore faut-il qu'il soit compris et qu'il suscite de l'action.

    Il y a surement du "matage" abondant. Personne ne nie la présence exclusivement masculine. Quel est le rapport avec le débat ?

    "Maintenant est ce utile... On verra ..." : De quoi parles-tu ?

    "Rah s'il y a du bien pensant... Il y a aussi beaucoup de verbiage pour le mal pensant !" : Mais tu m'étonnes.

    Reviens mais surtout pour être constructif et cohérent.

    Bisou Guitou.

    RépondreSupprimer
  21. J'adore l'un des responsables de Boobstagram qui pour défendre son concept ne trouve rien de mieux que de balancer un lien déjà sûrement lu par les auteurs de l'article. Nice try.

    RépondreSupprimer
  22. Une question : quand tu fais de la prévention quelle qu'elle soit, il me semble que tu donnes des liens, des infos, une bibliographie, d'autres articles à lire sur le sujet que tu défend. Qu'en est-il ici ?
    Rien : il n'y a absolument rien sur le site. Pas le moindre truc cliquable qui te pousse à quitter leur site pour t'intéresser justement à ce qu'ils prétendent défendre.
    A si pardon, il y a bien des liens : celui du compte facebook, des flux RSS et de la newsletter de Boobstagram....

    RépondreSupprimer