.

Philippe Poutou et les présidentielles


On entend parler plus que de ça : les présidentielles, les élections, les candidats, les estimations etc... Si bien que l'article d'aujourd'hui va traiter de politique et se veut même à contre courant des sondages, puisque l'on va se focaliser sur un "petit candidat" : Philippe Poutou. Loin de moi l'idée d'écrire un article teinté d'une quelconque couleur politique, ce dernier se veut neutre, comme l'ensemble du site et je l’espère de vos futures réactions.



Mais alors, pourquoi parler d'un candidat en particulier quand 9 autres montrent les crocs pour glaner le plus de voix possibles ? Simplement, parce que parmi les dix candidats, Poutou est celui dont la communication est la plus à contre-courant des campagnes traditionnelles, tellement institutionnelles qu'elles se résument souvent à un échantillon de paroles et de promesses plus ou moins réalisables.

Poutou, dans cette présidentielle est un homme assez particulier. Catapulté hériter direct du très médiatique Olivier Besancenot, ce dernier à dû trouver sa place et combiner l'héritage d'un ancien facteur hyper-dynamique à la construction d'une image d'homme proche du peuple. Dès lors, comment s'imposer face à deux favoris ultra-présents : Sarkozy et Hollande tout en réussissant à s'extraire du trio des "petits" composé d'Arthaud, Cheminade et Joly. Réponse simple : par une communication décomplexée.



Pour introduire Poutou et garder l'aura de Besancenot, autant combiner les deux





Le passé anticapitaliste ? On le rythme pour mieux le louer


Et c'est là, où le bonhomme est plutôt doué et me permet d'écrire cet article. Car force de constater que la campagne présidentielle bat une nouvelle fois tous les records de non-originalité, les équipes de Poutou ont réussi à modeler l'image tant désirée de l'homme du peuple, pour le peuple (quitte à rapidement tomber dans la caricature) tout en cultivant des référents communs propres à une culture de masse. Une communication qui détonne quand on la compare à celle de tous les autres candidats.



Le spot le plus institutionnel, on batit l'image de l'homme du peuple, l'ouvrier

Les différents clips de campagne prennent alors une autre dimension au milieu des spots monotones des autres candidats puisque Poutou et ses équipes enchaînent les chansons, les caricatures et les adaptations pour parler d'un passé glorieux et se tourner vers un avenir qui semble bien sombre. Un message et des idées difficiles à faire passer, mais qui prennent une certaine "légèreté" avec un peu de second degré. On décomplexe le message, on en fait un peu trop, on détourne les codes du divertissement, tout pour sortir du lot.



 Sans aucune hésitation, le spot le plus en rupture avec la traditionnelle platitude politique




 
La lutte contre le nucléaire ? Chante avec moi !



L'humour, l'arme ultime d'un Poutou de proximité 



Quitte à en faire trop 


Alors, pourquoi Philippe Poutou a gagné les Présidentielles ? Du moins ses présidentielles ? Car pour le moment, dans des élections dominées  par le numérique, on oublie que l'audace et le second degré, permettent à n'importe quel candidat, quand il sait les manier, de se démarquer. Il y a encore deux mois, Poutou était méconnu de tous et grâce (en partie) à sa communication décomplexée, ce dernier a réussi à se faire une image d'homme du peuple par le peuple. Parfois maladroite, cette communication s'appuie en particulier sur le second degré, sans jamais oublier le fond, en essayant de faire passer des idées, autre que par un ton solennel et grave.

Ses idées et le fond de sa campagne toucheront plus ou moins chacun d'entre nous, mais devant une campagne un peu plus légère que les autres, on peut affirmer que Poutou a gagné son pari de bâtir une image d'homme sympathique et disponible... du moins en apparence.

David

Aucun commentaire:

Un Commentaire ? Un avis ?