.

La solidarité existe-t-elle dans le petit monde de la pub ?



Deuxième article consacré à Culture Pub, qui part d'une impression que ne je pense pas être le seul à ressentir. La publicité Française, aussi riche soit-elle, a ses protagonistes : les agences, les annonceurs, la presse spécialisée. Trois types d'institutions qui font les beaux (et mauvais) jours de la pub, le tout  sous la houlette de l'AACC.


Quand Mr Blachas est décédé, nous tous avons assisté à un véritable séisme dans le monde de la communication. Une des figures de proue de la démocratisation publicitaire partait de manière brutale et emportait avec lui un patrimoine unique, qu'il avait construit au fur et à mesure des années.

Conscient de la difficulté de maintenir à flot un magazine : "CB News" et une émission : "Culture Pub," qui avaient tous les deux connus des jours bien sombres, Mr Blachas s'était battu pour réussir à les garder en vie pour transmettre ce que la pub faisait de mieux (et de pire) et inspirer bon nombre d'entre nous.

Aujourd'hui "Culture Pub" n'existe télévisuellement plus. Le groupe TF1 a décidé de ne pas renouveler l'émission qui avait pourtant réussi à surmonter le décès de son fondateur, en proposant une nouvelle formule fraîche et innovante. C'est le retour de la mort de Culture Pub, après sa disparation sur M6, elle quitte aujourd'hui la TNT et ne devient "qu'un" site internet.

Et que fait le monde de la pub face à ça ? Rien.

L’émission qui est pourtant à l'origine de nombreuses carrières publicitaires ne trouve aucun supporter de taille. Personne ne bouge, personne ne prend publiquement la parole. Une institution s'en va et l'AACC ne fait rien. Elle qui se fait pourtant porte parole des publicitaires laisse "mourir" Culture Pub, ou du moins ne soutient pas publiquement l’émission. Rien n'est dit. Rien n'est fait.

Inutile de ne taper que sur l'AACC, puisque les patrons d'agence non plus ne font rien. Aucun d'entre eux ne supporte l'aventure "Culture Pub". Bien plus qu'une émission, cette dernière incarne véritablement la publicité sous son meilleur jour. Les plus belles campagnes, les plus drôles, les plus tragiques... en soit le meilleur de ce qu'un publicitaire peut créer qu'il soit en Asie, Europe, Amérique, Afrique... Alors oui, je suis déçu, déçu de voir qu'aucun des trois protagonistes du monde de la pub ne bouge le petit doigt pour faire quelque chose.

Entre internautes on a essayé de faire quelque chose, cette fameuse pétition qui réunit du monde, preuve s'il en faut encore une de la popularité de l'émission. Mais est-ce vraiment suffisant ? Et surtout, est-ce représentatif de ce que Culture Pub a pu apporter dans vos professions et apporte aujourd'hui à l'image de tout le secteur de la communication, pourtant sous le joug de critiques permanentes ?

Alors messieurs dames publicitaires, avant de pleurer la perte de ce patrimoine et de n'accuser que ces vautours d'actionnaires qui ne pensent qu'au chiffre (Bisous NT1, TF1) il serait peut être bien de réussir à se fédérer pour faire quelque chose. Le départ de Mr Blachas a signé le départ de l'ambassadeur de Culture Pub, du Mr Pub de la télévision, mais pas de l'émission.

Je suis certain qu'aujourd'hui, il est possible de trouver une solution pour faire en sorte que l'émission reste à la télévision. Qu'elle reste sur ce média qui a permis de redorer l'image de la publicité auprès du grand public et qui a inspiré tant de carrières aujourd'hui.

Vous pouvez encore signer la pétition, à 1000 signatures elle part chez TF1
David

10 commentaires:

  1. Bravo. J’espère que même un article peut faire bouger les choses. Au moins un peu.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi pas un partenariat Agences / Culture Pub ? Une carte blanche par les directeurs artistiques, tous les 15j en partenariat avec les très bons journalistes de l'émission. Ou même, élargissant l'idée aux protagonistes du milieu: webzines, annonceurs, directeurs médias...
    Utopie ? Sûrement, mais loin d'être infaisable, partant du principe que c'est un média vecteur de passions, construit par et pour les autres passionnés de cette grande famille.
    Les coûts ne sont pas faramineux, et les opportunités existent.
    Il y a de nombreuses idées à amener, à mettre en place. Quand je vois l'énorme soutient de Dufresne Corrigan Scarlett pendant la première mort de CB News, je me dis que tout est finalement possible.

    Quand la passion et la determination prend le dessus sur les revenus.

    RépondreSupprimer
  3. Il faut trouver Maurice et lui demander des sous sous. True.

    RépondreSupprimer
  4. C'est drôle finalement de voir comme la disparition de CBnews a plus mobilisé les agences que la disparition de Culture Pub.

    RépondreSupprimer
  5. Cet article est le comble de l'égocentrisme publicitaire.

    Les publicitaires ont décidément du mal à comprendre la logique d'engagement. Si les gens ne sont pas intéressés par un contenu, ce contenu n'a pas droit de cité. 50 ans après l'avènement des médias de masse, il serait temps de piger.

    Cela résume tout à fait la logique des pubards persuadés de devoir intéresser les autres en s'imposant à eux.

    A ceux qui conspuent logique de l'audimat, Culture Pub n'aurait malheureusement jamais pu bénéficier d'un statut d'émission culturelle (malgré son nom, résonnant comme une maladroite tentative de justification) sauvegardant quelques contenus spécifiques (notamment sur les chaines publiques).

    Laissez les gens décider de ce qu'ils aiment !

    RépondreSupprimer
  6. LOLILOL le commentaire de Jean Allary, tu bosse pourtant chez NéKid il me semble mec :-)

    Dire autant de bêtise dans un seul commentaire alors que tu bosse toi même dans une "agence d'intégration"... Ca me sidère.
    Si tu connais un temps soit peu la façon dont les audiences sont mesurées, tu saurais que Culture Pub souffre d'un manque d'audimat du point de vue de la chaîne ce qui est relatif, et non d'un manque d'engagement. La mesure d'audimat ne reflète en rien l'intérêt des gens mais plus un niveau rentable d'investissement.
    Combien de séries et d'émission ont été arrêtées au grand regret de nombreuses personnes juste du fait d'une rentabilité financière insuffisant pour les chaînes? Cette audience restante était pourtant très engagée.

    De plus Culture Pub mérite parfaitement son nom, je te met au défie de me trouver une émission (surtout francophone) avec autant de contenu divers et varié et complet sur le monde de la publicité et des dossiers aussi bien étudiés.

    Alors cher Jean, la prochaine fois avant de troller de manière inutile, je te conseille de bosser tes basiques, du style la différence entre audimat et engagement et d'éviter de tout confondre.

    Enfin, ta première phrase est au niveau de ton commentaire, incohérente, si tu avais pris la peine de lire le blog de David, tu saurais qu'il est encore étudiant, un fils de pub comme on pourrait le surnommer qui a grandi avec des émissions comme Culture Pub qui, comme moi, m'ont intéressé à ce métier.

    Merci, bisous

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ta réponse Myck.

    Si je te concède un manque de précision sur la notion d'engagement évoquée ci-dessus, je tiens à m'expliquer :
    - bosser dans la com ne gangrène pas le sens critique, Culture Pub est à mon sens le panthéon de la pub à la papa qui n'intéresse plus les gens (si les blogs ne servent pas à discuter de ces choses-là, à quoi servent-ils?). Avoir une opinion ne rime pas systématiquement avec troller.
    - je serai curieux de savoir ce que tu mets derrière "agence d'intégration" pour être aussi "sidéré",
    - la manière de calculer l'engagement dans l'audimat est discutable (si tu es toujours si sûr de toi, on peut rentrer dans les détails),
    - l'existence même de l'émission culture pub n'est pas une garantie de sa qualité (ce serait trop beau et trop facile).
    - Malgré quelques bonnes trouvailles, The Gruen Transfer en Australie ou The Pitch aux US ont peu d'intérêt. Je n'en dirais pas tant de Mad Men, plus subtil.
    - la condition étudiante de David ne l'exclut pas de la catégorie des publicitaires. Ce blog est la preuve du contraire (félicitations pour la qualité des contenus au passage).

    Je respecte ton/votre attachement à cette émission. Je ne suis juste pas de votre avis. Cette conversation cantonnée à un blog thématique alimente mon point de vue : Culture Pub n'intéresse que les publicitaires. Elle n'a rien à faire à la TV.

    Parlons en autour d'un verre quand tu veux.

    RépondreSupprimer
  8. Jean,

    Content de voir que tu répondes, en effet tu n'es donc pas qu'un troll :-)
    Je me suis permis cette expression à cause de la facilité avec laquelle tu tapes sur le métier de pubard que tu exerces pourtant :-) Qui plus est, pour Culture Pub je ne pense pas que son audience soit seulement des publicitaires ca aussi serait un amalgame trop facile tu ne penses pas? (certains de mes amis non pubard pourraient même en attester ^^)

    - Je suis d'accord avec le fait que travailler en agence ne gangrène pas le sens critique, je devrais même dire qu'il est une nécessité dans ce travail si on veut sortir de la qualité, attention toutefois à faire en sorte que notre critique soit utile (non je ne dis pas que la tienne était inutile, c'était un point de vue que je respecte mais ne partage simplement pas)

    - D'accord avec toi, avoir une opinion ce n'est pas troller, un troll n'a pas d'opinion, il aime juste... troller quoi ;-)

    - Je te concède que le mot sidéré est un peu exagéré, mais c'était juste du au fait de la simplicité de ton commentaire qui ne mettait en avant que l'audimat (quand on connait les faiblesses de mesure de celui ci) alors que tu es chez une agence d'intégration (que j'ai mis entre guillemet car le terme me fait rire, on ne veut plus s'avouer agence de com ou de pub, ca fait trop voleur on dirait ^^)

    - Oui la manière de calculer l'engagement de l'audimat est discutable, autant que la manière de calculer l'audimat tout court (cf polémique de médiamétrie)
    Mon reproche porte sur le fait que les engagements publicitaire à la TV (et meme sur Internet dans beaucoup de cas) ne portent que sur des mesures de la masse, du grand nombre.
    Sur internet je préfère voir un blog à 800 VU avec 500 lecteurs qui reviennent fréquemment que 1500 VU dont seulement une centaine repassent.
    Et bien sur la TV je pense qu'il serait temps de se poser les mêmes questions d'engagement.
    Tu préfères que 1000 personnes voient ta pub avec seulement 10 qui s'en souviendront ou la placer sur un programme a plus faible audience dont la majorité du public sera engagé et donc se souviendra plus facilement de ta pub?
    De nombreux auteurs viennent appuyer ces théories, Jenkins, Bouquillon pour les français et bien d'autres.. Les chaînes américaines du type HBO l'ont même compris depuis longtemps....

    - Enfin, merci pour le respect de mon engagement, pour revenir à mon point de départ, je regardais culture pub avant même de m'y "connaitre" réellement en pub, je ne suivais même pas encore mes études dans cette voix. Pour ton dernier point, cette émission ne concernant uniquement les publicitaires n'a pas sa place à la télévision, que dire alors de toutes les émissions qui, après tout, visent de plus en plus des public ciblés? (dessins animés pour les enfants, téléachat pour la ménagère...)

    Pour le verre, je n'ai aucun soucis, après tout, mieux vaut un adversaire intelligent qu'un ami bête ;-)

    RépondreSupprimer
  9. De mémoire, CP faisait 0,9 de part d'audience, ce qui ne suffit pas à faire vivre une émission, même sur la TNT, même auprès d'un public "qualifié".

    Pour ce qui est de la valorisation de l'audience dans les médias, énorme débat de fond, malheureusement pas toujours compatible avec la réalité des usages. Je serai d'avis d'améliorer l'existent plutôt que de plaindre l'état actuel des choses en rêvant d'un grand soir.

    Agence d'intégration car nous ne faisons ni de la stratégie de marques, de messages ou des moyens mais vendons une méthode d'organisation qui organise le tout : http://comprendrelacommunicationintegree.fr/quest-ce-que-lintegration-

    Pour le verre, mail moi à jean.allary at gmail.com , il est rare de trouver des gens avec qui échanger des opinions diverses, il y a beaucoup trop de gens d'accord dans ces métiers, ce qui se ressent dans le conformisme des travaux.

    RépondreSupprimer
  10. est-c'est quoi ces bonnes trouvailles ? :]

    RépondreSupprimer