.

Obama, un monsieur pub pas comme les autres


Difficile de passer à côté cette année, l'un des protagonistes de notre actualité sera Barack Obama. Alors que la présidentielle américaine bat son plein outre Atlantique, il est intéressant de s'attarder quelques minutes sur l'image de Barack que renvoie la publicité. Une image qui diffère peu des autres présidents, mais qui reste tout de même singulière.



En effet, lors de son élection en 2009, Barack Obama symbolisait l'espoir, l'union et surtout un méga vent de fraîcheur sur la Maison Blanche qui accueillait le premier président Afro-Américain de son histoire. Une nouveauté qui n'est pas passée inaperçue, qui fut soulignée et saluée par les médias du monde entier et qui évidemment trouve toute sa place dans la pub commerciale (cet article ne traitera que de la publicité commerciale et non politique). Alors ni une, ni deux, le dossier du jour sera américain.

La campagne présidentielle et ses signes

Premier élément qui ressort sur beaucoup de publicités : la ré-utilisation des signes de la campagne présidentielle. Slogan, mots, graphisme, tout y est pour des annonceurs qui veulent, comme l'ex-candidat, fédérer autour d'une promesse.


Le fameux "YES" du "Yes we can" pour BMW


Obamaille, "moutarde du changement"


"CHANGE" sur fond de Shepard Fairey


Shawarma Republic qui utilise les même codes : "Improve"

Le signe de campagne de 2008

Les O.N.G

Traditionnellement les ONG sont, sans équivoque, les principaux organismes qui détournent les figures présidentielles pour faire passer un message fort avec impact et panache (Elle est jolie cette phrase, pas très française mais jolie). Il n'est guère étonnant dès lors de voir Barack Obama utilisé à tort et à travers pour différents combats et débats d'opinion.


La signature pour Amnesty International


Reporters sans frontières et ses messages floutés


Contre la pauvreté

Avaaz


Les journaux et télévisions

Dans le même genre, les journaux créent aussi pléthore de campagnes détournant le président pour mieux s'en moquer ou pour mieux critiquer. Des créations originales où Barack Obama s'en prend un peu plein la tête. Liberté d'expression, instantanéité de l'info, sources de l'info... tout y passe


Vanguardia : la vérité nue (Espagne)

Financial Times (Grande Bretagne)

SonntagsZeitung (Suisse)

Jornal I (Portugal)

Daily sur iPhone (Grande Bretagne)


"The Viewpoint of American Bankers"

Terra ( Espagne)

CNN (Etats-Unis)

La provocation

Dernière catégorie : les annonceurs utilisant la provocation. Le président américain y est maltraité, détourné, critiqué mais sous couvert d'une volonté humoristique plus ou moins potache. Sinon, divers éléments de l'investiture ou de son mandat sont utilisés, toujours pour promouvoir de manière indirecte des produits.


Nikol "Arrêtez d'essuyer vos vitres avec les journaux"

Sankara Opticiens : "Osama"


Dank! Fournitures d'occasion



Unhate par Benetton (Censuré)

Risk, avec Georges Bush

The Axe Effect avec Hilary Clinton

"Obama a un problème de boisson" - L'eau en bouteille

Ultime provocation qui a beaucoup fait parlé d'elle en mars 2012. Pour promouvoir le film "Sick and Sicker", l'équipe de promotion n'a pas hésité à publier dans le métro, une campagne critiquant le projet de système de santé voulu par Obama pour tous les Etats-Unis par ces mots : "Va en enfer Barack". Le député démocrate Jim Moran a réclamé le retrait de la campagne qui a fait grand bruit dans la chambre des représentants. Un retrait obtenu pour une campagne somme toute assez creuse.

"Go to hell Barack"

Des campagnes plus ou moins originales qui n'hésitent pas à mettre en scène le président américain sous toutes ses coutures pour promouvoir un produit ou service, ou passer un message humanitaire. Certaines sont particulièrement réussies quand d'autres veulent juste faire parler d'elle sans véritable saut créatif. A voir si, ces prochains mois, l'activité publicitaire autour de Barack Obama ne va pas grossir encore et encore. 


Aucun commentaire:

Un Commentaire ? Un avis ?