.

Les pires changements de logo de 2012


Savoir changer d'identité visuelle est sans doute l'exercice le plus difficile qu'il existe pour n'importe quel annonceur, quelque soit le secteur concerné. Répondant à divers éléments graphiques et symboliques, ce dernier doit correspondre à l'image de la marque et à ses mutations dans le temps. 2012 fut une année très riche en changements de logos, notamment d'annonceurs internationaux. Certains sont largement réussis et d'autres sont complètement loupés.

Du coup pour s'attarder en détails sur ce qui s'est fait de meilleur et de pire, voici deux dossiers à la suite : celui que vous avez sous les yeux s'attarde sur les pires changements d'identité de l'année et l'autre sur les meilleurs changements de logos de 2012. Vous êtes ici du côté obscur de la force créative.

Les mauvais élèves de 2012

On attaque fort avec le "Stedelijk Museum" (à vos souhaits) à Amsterdam. Ce dernier a voulu changer un logo ultra institutionnel et se lancer dans un logo assez... inédit. Un S avec le nom du musée et la ville d'Amsterdam. Au final c'est franchement moche, on se croirait sur du Wordart et on a du mal à piger le pourquoi de cette manoeuvre. Même si le musée est dédié à l'art moderne et contemporain, on aurait peut être aimé un peu plus de classicisme.


Modification : petite erreur, Island Air est une compagnie Hawaienne et non pas du tout Islandaise "Island" VS "Iceland". Du coup le logo a déjà plus de sens. Même si la typo de ce dernier est très particulière pour une compagnie aérienne. 



Toujours dans les avions, on attaque cette fois-ci "Corsair Fly". La marque au logo le plus mignon de tout l'univers aéronautique a décidé de prendre un virage à 180 degrés et d’institutionnaliser son logo. Résultat, la compagnie rentre dans le moule avec un logo ultra banal




Retour en France avec un changement qui a fait grand bruit. La marque de haute couture "Yves Saint Laurent" a changé de "directeur de la création et de la photographie" en la personne de Hedi Slimane (habitué de la maison) qui a modifié un élément clé de la marque... son nom ! La mythique maison parisienne, fondée en 1961, devient alors en 2012 "Saint Laurent Paris", un changement qui en gène plus d'un puisque le nom devient lisse, la typographie mythique d'YSL s'en va et le logo est simple... très simple. Un débat qui anime encore aujourd'hui beaucoup de discussions dans les milieux de la mode mais qui tend à se calmer.



Toujours dans la mode mais cette fois-ci plus accessible, le changement de logo d'Eram. On a du mal à comprendre parce que c'est vraiment moche. Jugement arbitraire certes, mais partagé par la majorité des personnes qui n'aiment pas ce logo qui mêle beaucoup de typo dans un rond noir générique au possible.



Ami des formes bonsoir, puisque outre-Atlantique, une autre grande marque de distribution a choisi de géométriser son logo. Il s'agit de JCPenney qui pour ses 110 ans a carrément décidé de devenir JCP. Manque de chance, la majorité des consommateurs américains désapprouvent ce changement et jugent ce logo beaucoup trop simple. 



Partons maintenant dans le domaine agro-alimentaire avec Actimel et Hollywood. Les deux marques ont décidé de moderniser leurs logos en arrondissant les typographies, en retirant les sous-titres et en ajoutant des signes distinctifs. L'un ajoute un lever de soleil et l'autre un sourire. Au final le rendu n'est pas terrible et l'originalité pas forcément au rendez-vous.. 







A la télévision aussi il y a eu du changement, avec LCI et l'Eurovision. L'Eurovision décide de sortir un logo d'une simplicité déconcertante, à l’exécution par forcément très esthétique... et du côté de LCI on accentue simplement les couleurs et la typo. Rien de plus, rien de moins. Dans le même genre de l'effort minimal on peut penser à iTunes qui passe simplement sa note de musique du noir au blanc.







Autre changement qui lui a déchaîne les foules, celui d'E-Bay. Pour ses 17 ans la marque s'est offert un ravalement de façade assez... étrange. Avec un logo a mi-chemin entre Google et une standardisation minimaliste  ce logo n'a pas forcément plu au départ. On peut simplement dire qu'il est d'une grande simplicité et enlève cette petite touche "second degré" qu'avait l’enchevêtrement des lettres du logo précédent.


Chez Maxis au contraire on ose en changeant la typo et le sens de lecture. Mais à force de trop en faire on se perd un peu et au final le tout est un peu lourd.



Enfin pour finir, on s'attarde sur des logos 100% Français avec Butagaz et le Conseil Général de Charente. D'un côté un logo qui se desinstitutionalise et de l'autre un logo qui passe du jour à la nuit. Chez Butagaz on ose les trois petites pétales et la typo arrondie et pour la Charente on change carrément de code couleur. Des choix pas forcément très judicieux surtout pour la Charente qui mise sur des couleurs sombres qui n'ont rien à voir avec  son univers marin et qui surtout n'avaient aucune présence dans le précédent logo.







Même s'il ne s'agit pas d'un changement de logo à part entière, difficile de ne pas parler du logo des Jeux Olympiques de 2012, souvent jugé comme le logo le plus laid de toutes les éditions des Jeux et même comme le logo le plus laid de cette année 2012. A tel point que certains médias ont du émettre un avertissement quant à de possibles crises d’épilepsie devant cette image.


Ainsi, même s'il n'y a pas eu de vrai incident de parcours à la GAP en 2010, on peut tout de même regretter certains choix graphiques qui modifient grandement l'image de marque de certains annonceurs. Même si la tendance est à l'arrondi et au minimalisme, certains annonceurs devraient aller à contre courant et garder leur unicité dans un monde de plus en plus uniforme... Et vous, vous avez des logos qui vous ont particulièrement déplu cette année ?

17 commentaires:

  1. Le logo de la charente martime est vraiment dégueulasse. Après, je ne suis pas d'accord sur tous. Je trouve notamment bien mieux les nouveaux logo de Butagaz, Maxis et Actimel ;)

    RépondreSupprimer
  2. A noter : il me semble que Butagaz souhaite revenir aux sources, notamment dans ses pubs TV (réapparition de l'ourson bleu). Et les tâches du nouveau logo ne semblent pas disposées au hasard, puisqu'elle forment justement la tête d'un ours.

    RépondreSupprimer
  3. En fait il y a eu un "Gapgate" cette année, avec le logo de l'Université de Californie, qui a dû faire volte-face et revenir sur son ancien logo.

    RépondreSupprimer
  4. Il est vrai que le nouveau logo de la Charente n'est pas terrible, cependant je ne vois pas pourquoi il devrait y avoir un "univers marin", la mer c'est en Charente-Maritime : la Charente est entourée de terre.

    RépondreSupprimer
  5. JCP: comme quoi jouer sur le patriotisme ne marche pas toujours aux Etats-Unis !

    RépondreSupprimer
  6. cool ton article mon David.

    B6

    RépondreSupprimer
  7. Petite précision importante: Il ne faut pas confondre Island Air (compagnie aérienne hawaïenne http://www.islandair.com/) et Icelandair, la compagnie Islandaise (Iceland en anglais, http://www.icelandair.ca/). Donc, le choix de logo devient tout à fait compréhensible.

    RépondreSupprimer
  8. je ne suis pas d'accord sur le corsairfly. Graphiquement je le trouve réussi et adapté au secteur. Je le préfère à beaucoup d'autres logos de compagnies aériennes. Ce n'est qu'un parti-pris stratégique qui le fait apparaître dans cet article je pense. Sinon article sympa !
    Laurent

    RépondreSupprimer
  9. LCI veut marquer ses couleurs dans le logo ainsi que sa bonne entente avec TF1 : c'est une marque de confiance.

    RépondreSupprimer
  10. Erratum sur l'article : La Charente, département n°16 N'EST PAS A CONFONDRE AVEC la Charente-Maritime, son voisin n°17. La Charente-Maritime, comme son nom l'indique, est un département disposant d'une façade maritime. La Charente est plutôt un département essentiellement rural, basé sur une terre sèche, une région riche (le Cognaçais) et d'une cité de l'image (Angoulême).
    .
    Il est vrai que c'est un logo assez minimaliste, cependant il y en avait bien besoin, son dernier logo a au moins 20 ans. De plus, il n'a pas été signalé qu'entre ces deux logos il y avait un autre logo "pseudo-officiel" avec un escargot nommé "La Charente a des ailes" qui avait fait polémique en 2009 car il avait coûté 36 000 €!

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ces riches précisions !

    RépondreSupprimer
  12. Je lis cet article un peu tard, mais je ne peux pas m'empêcher de faire un commentaire :)
    La Charente est un département de l'intérieur, et non côtier. A ne pas confondre avec la Charente -Maritime.
    Entre l'anglais et la géographie, il va falloir refaire un tour dans les bouquins ;)

    RépondreSupprimer
  13. Yves Saint Laurent sans aucun doute

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve l'analyse de certains logos assez réduite. Par exemple, la compagnie Corsair Fly, a été créée par le voyagiste Nouvelles Frontières, elle-même filiale du tour opérateur allemand TUI. Le logo initial s'inscrivait donc la charte de TUI avec le monogramme du sourire comme un élément fédérateur. L'affranchissement au groupe est devenu une nécessité dès lors que la compagnie est devenue une compagnie régulière et qu'il fallait la positionner comme telle. Je trouve que DreamOn a très bien réussi l'exercice en conciliant les codes classique du secteur aérien avec le dessin des voiles parfaitement imbriqué dans la queue de l'appareil.
    Pour Yves Saint Laurent, il me semble qu'il s'agit surtout d'une histoire de propriété intellectuelle avec la scission de la marque.

    RépondreSupprimer
  15. hi,, just visit this site,, have a nice day :)

    RépondreSupprimer
  16. Attention les yeux avec le nouveau logo de la Vienne !

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/vienne/le-nouveau-logo-du-departement-de-la-vienne-751993.html

    RépondreSupprimer