.

Mona Lisa et la publicité


Nouvelle thématique tournée vers l'art et les chefs d'oeuvre. Après le Pop Art, on s’intéresse à un monument de peinture : La Joconde. Énormément reprise par la publicité, cette dernière est réduise à une simple VRP pour tout type de produits. Alimentaire, vêtements, technologies et même tampons...



L'art c'est déjà de la publicité, la Joconde aurait pu servir de support à une marque de chocolat, à Coca Cola ou à tout autre chose. Andy Warhol 

A la fois énigmatique et réaliste, ce tableau est sans aucun doute, le plus connu au monde. Fort de ce constat, il semble évident que la publicité va la réutiliser pour à la fois : utiliser une référence commune, faire un clin d'œil artistique et détourner un symbole historique mais aussi très parisien.

Résultat, depuis les années 1950, la demoiselle est détournée pour vendre différents produits et services :




Années 1950, à la fois parisienne et artistique




Années 70 et débuts des années 2000


1998


Les années 2000 voient un florilège de publicités où Mona Lisa est centrale. On ne voit qu'elle, on ne parle que d'elle, elle inspire la publicité. Ce qui est étonnant c'est de voir la diversité des produitsreprésentés et qui utilisent le tableau comme référence commune.




La peinture avec Pantone et Dulux Valentine




Faber-Castell et le Louvre pour les dimensions artistiques



La Joconde côté capillaire

La dimension technologique avec Sharp


Mais aussi avec Sony




Espon et Allianz qui maltraitent et protègent Mona




Mona Lisa du XXIème siècle. Hum


Mona Lisa de l'autre côté du tableau




    
Mona Lisa vend aussi des tampons, des serviettes et des voitures


Compaq numérise Mona



Une dimension toujours tournée vers la peinture et le graphisme avec Bic et Schleiper




Reprise en Allemagne mais aussi en Chine


Plus de sécurité ? Mona fait du Topless




Entre frayeur et Less is More.


La beauté de Mona Lisa pour les rouges à lèvres




Mona Lisa qui rencontre enfin l'homme de sa vie en passant par Paris




Mona Lisa équipée : collier et micros.


Du café italien ?


Et autour de la Joconde il y avait ?




Mona Lisa made in Barbie and Pop Art


La Joconde est donc largement détournée pour des produits plutôt liés aux arts et au corps mais toujours très diversifiés. Néanmoins, au delà des affiches, la Joconde est aussi visible dans desopérations de street marketing mais aussi et surtout dans des spots.


Head & Shoulders rhabille les abris-bus avec le crâne de Mona


Hubba Bubba reprend les peintures à chiffres pour coller les chewing gum (Miam)


Mona Lisa chez Fred & Ed, "Woueuhwa"

Pure Screens


Déjà en 1973, jeu sur le sourire


Une pub japonaise comme on les aime

France 24

Neviot - Israel

Avec ces dizaines d'exemples, on peut voir que Mona Lisa a, depuis sa création, été un mystère largement apprécié et entretenu dans l'art puis dans la publicité. Un tableau mythique qui fascine des générations et permet à la publicité de vendre tout et n'importe quoi avec ce sourire inimitable
.

David

3 commentaires:

  1. franchement, j'ai juste envie de crier aux créa : STOOOP à Mona Lisa !! c'est d'un manque d'originalité flagrant -_-"

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup Adversing Times, ça aide tellement pour les épreuves de 3ème (histoire des arts...)

    RépondreSupprimer
  3. CSS à compris comment on fait ici ;)

    RépondreSupprimer