.

Raymond Savignac


Raymond Savignac en 5 dates clés

6 novembre 1907 : naissance à Paris de parents Aveyronnais

1933 : déprimé par ses projets professionnels, il entre en contact avec le grand dessinateur de l'époque : Cassandre

1948 : rencontre avec Villemot et première affiche à succès pour Monsavon

1948 - 1979 : riche carrière avec une multitude de clients nationaux : gouvernement, Bic, Cinzano, Maggi, Gitanes, Air France, Michelin...

30 octobre 2002 : décès à Trouville-Sur-Mer

1950 - Raymond Savignac par Robert Doisneau

Des affiches pleines de gaieté pour une carrière en dent de scie

Raymond Savignac naît à Paris le 6 novembre 1907, décidant d'arrêter ses études à l'âge de 15 ans, il se tourne vers le dessin et l'illustration. En 1925, il entre chez Robert Lortac qui dirige un studio de dessin animé à Montrouge, il y décalque les affiches pour les inclure dans des animations publicitaires. Passionné par le travail de Chaplin, il considère le cinéma comme un art qu'il essaiera en permanence de retranscrire dans ses affiches. Dans le studio il reproduira des œuvres des grands créateurs de l'époque : Cassandre, Loupot, Carlu, Colin...

"C'est le goût du gag qui m'a amené à décomposer l'art de de Chaplin. Après, il ne m'a plus quitté. Mon but à été de mettre du cinéma dans mes affiches."


Savignac 1951 - Cinzano

Sa carrière commence véritablement en 1933 sous la tutelle de Cassandre, alors à l'Alliance Graphique, qui lui commande sa première affiche. A ce moment, il se rend compte que l'affiche devient un véritable moyen de communication à part entière entre le commerçant et son public. Comme un télégraphe, il a un rôle de transmission de message. Il ne l’émet pas, il le transmet sans avis à donner.

"L’affiche n’est qu’un moyen, un moyen de communication entre le commerçant et le public ; quelque chose comme le télégraphe. L’affichiste joue le rôle de télégraphiste : il n’émet pas de message, il le transmet. On ne lui demande pas son avis. On lui demande seulement d’établir une communication claire, puissante, précise."

Cette vision télégraphique de la communication va fortement influencé son travail qui se veut simple, profondément humoristique et plein de gaieté.

En 1938 il travaille pour l'imprimerie Draeger Frères, grâce à Cassandre en partance pour les Etats-Unis. En 1939 il est mobilisé pour la guerre, mais revient dès 1941 à Paris. Il rencontre alors Robert Guérin et intègre le Consortium Général de Publicité, fondé par Eugène Schueller, créateur de la Société Française de Teintures Inoffensives pour Cheveux qui deviendra... L'Oréal. Il y travaillera jusqu'en 1947.


Les affiches Monsavon


En 1948, virage dans sa carrière, il rencontre Villemot affichiste réputé et travaille avec lui dans son atelier. Il créé alors sa première affiche à grand succès pour Monsavon. Un travail qui pour la première fois définit au mieux sa vision de l'affiche comme "scandale visuel", où la lecture se veut rapidement compréhensible avec une idée simple et du site.

"La lecture de l'affiche doit être instantanée. En une fraction de seconde, l'homme de la rue doit percevoir ce qu'elle veut dire. L'affichiste doit donc dessiner gros: gros comme Guignol qui a du style et n'est jamais vulgaire"

Ce succès national qu'est Monsavon lui fera dire "Je suis né à l'âge de quarante et un ans, des pis de la vache Monsavon".


1951 - 1952

Perrier 1951

1952 - Mazda Perle

1951 - 1952

1953

1953

1955 - 1956


Dès lors, il multiplie les contrats avec une multitude d'annonceurs français : Cinzano, Astra, Gitanes, Bic, SNCF, Maggi... des succès visuels qui lui donnent un statut d'affichiste artiste. Chacune de ses affiches est colorée, pleine de sens et profondément compréhensible. Dès lors sa carrière est lancée et son nom reconnu dans la profession.


1957 - 1958

1958

1963- 1964

1964 : Grand Prix Martini

1965

1979 - 1990

Air France / Gaz

Bic - Dunlopillo

Eau Ecarlate

Air-France / Grande Semaine de l'Université

Groupe Prévoir

1972 - 1953

Tintin Orange

1956

1954


Vieillissant, il enchaîne expositions et travaux et se retire en 1979 à Trouville-Sur-Mer dans le Calvados. Il en devient une des figures historiques et fait souvent la une d'expositions locales. Le 30 octobre 2002 il y décédera et laissera un héritage intemporel à la publicité, rempli de couleur et de gaieté.


Campagnes locales

Savignac à Trouville



2 commentaires:

  1. Article très intéressant.
    Je suis professeur de communication bureautique au Lycée Raymond Savignac de Villefranche de Rouergue, seul lycée français qui a pris ce nom, en hommage à ce grand affichiste, dont les parents étaient originaires de Villefranche (12).
    J'ai moi-même fait beaucoup de recherches avec mes élèves il y a quelques années, sur cet homme, quand le lycée a pris son nom.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour je suis étudiant en école d'arts graphiques et j'aurai voulu savoir pourquoi sur l'affiche "La boisson qui fait Pschitt" le logo Perrier sur la bouteille est à l'envers. Quelqu'un aurait une réponse à ce mystère ?

    RépondreSupprimer